Vive les stéréotypes

Chambre rose pour les filles, bleue pour les garçons (Vive les stéréotypes, 17)

Ca faisait un moment que je n’avais pas publié dans cette catégorie, mais ça me fait du bien, parfois, de partager mes énervements avec vous. Y’a pas de raison que je sois la seule à me mettre en colère !

Aujourd’hui, donc, la chambre de la fille de Perceval Barrier & Mathieu Sylvander (Ecole des loisirs, 2015).

chambre de la fille

Madame Souris a décidé qu’elle aurait 2 enfants, une fille et un garçon. Elle a aménagé deux chambres en conséquence, une bleue pour le garçon et une rose pour la fille, hein, histoire de bien enfoncer le clou des stéréotypes.

Mais quand arrive un deuxième fils…

IMG_2531

Et on va enfoncer le clou des clichés jusqu’au bout. Monsieur qui fait du bricolage dans la chambre bleue des garçons qui jouent au ballon…

IMG_2532

…pendant que Madame pleurniche dans une chambre de fille forcément rose avec des poupées et des fleurs. IMG_2533

Je pense que je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi une telle prolifération de stéréotypes m’exaspère.

Pour finir, Madame Souris finit par avoir sa fille même si ce n’est pas exactement la petite fille qu’elle attendait. Et tout est bien qui finit bien la fille dans la chambre rose pour fille et les garçons dans la chambre bleue pour garçon, histoire de ne surtout bousculer aucun cliché.

Quand au message « il faut forcément avoir des enfants des deux sexes pour être heureux », il m’agace profondément.

Je suis d’autant plus déçue que j’avais beaucoup aimé l’humour grinçant de ces deux auteurs dans leur précédent livre, trois contes cruels.

Publicités

Attention, un chantier n’est pas un lieu pour les femmes (vive les stéréotypes, 16)

Le magicien a un nouveau livre sur les chantiers. C’est un livre plutôt bien fait, très complet, avec des pages à déplier, des rabats, etc. Mais j’ai quand même jeté un coup d’oeil aux représentations genrées, et là, ça fait mal…

attention chantier

Attention chantier d’Anne-Sophie Baumann et Vincent Mathy (Gallimard Jeunesse, septembre 2015).

Dans ce livre, donc, il y a 106 personnages, dont… 3 femmes.

Qui sont respectivement :

  • l’aide de l’architecte (l’illustration laisse penser qu’elle est une architecte à part entière, puisqu’elle dessine des plans, mais le texte qui l’accompagne est au masculin singulier, pour qu’on comprenne bien que l’Architecte avec un grand A, c’est l’homme).
  • 2 des futurs propriétaires qui visitent l’immeuble à la fin du chantier (parce qu’on achète un appartement… en couple hétérosexuel).

Il n’y a AUCUNE femme directement sur le chantier. J’aimerais dire que ce livre est une exception, mais c’est quasiment systématique dans les livres sur ce sujet… Une exception cependant, sur le chantier  de Byron Barton où on trouve des femmes comme des hommes parmi les ouvriers.

Je finirais sur une note un peu plus positive en soulignant un effort fait en revanche sur la diversité ethnique des personnages. On trouve en effet de nombreux personnages racisés, et pas seulement parmi les ouvriers, mais aussi parmi les métiers qualifiés (géomètre, architecte) et parmi les futurs propriétaires.

 

(désolée pour l’absence un peu longue, je peine à trouver du temps pour le blog en ce moment, mais j’espère revenir très vite !)

des ronds bleus pour les garçons, des ronds roses pour les filles (Vive les stéréotypes, 15)

après la récré

Dans Après la récré de Christophe Loupy (Milan, 2015), l’auteur a décidé de représenter les personnages par des ronds. Et devinez quelles couleurs il a choisi ?

Bleu pour les garçons et rose pour les filles, bien sûr !

image image

Précisons que ce choix de différencier uniquement les garçons et les filles n’a pas d’intérêt dans le livre au niveau narratif. Le choix graphique aurait par exemple pu être une occasion d’insister sur la variété des enfants en proposant des couleurs différentes. Après tout, on sait depuis Petit bleu et petit jaune de Léo Lionni que les enfants peuvent être des ronds de toutes les couleurs.

Mais malheureusement c’est souvent plus confortable de reproduire les stéréotypes…

Cet auteur avait déjà publié Dans la cour de l’école sur le même principe.

dans la cour de l'école loupy Visiblement cet album est souvent exploité en maternelle. Et je comprends parfaitement l’intérêt au niveau des capacités d’abstraction, de représentation dans l’espace, etc. Mais dans les idées d’exploitation en classe, on note rarement une remise en cause des stéréotypes, bien au contraire. On propose de trier les enfants de la classe avec les filles sur fond rose et les garçons sur fond bleu, ou on réalise un petit livret sur le même principe, avec les filles qui jouent d’un côté, les garçons de l’autre (même si le texte précise que ce n’est que « parfois », c’est cette situation qui est illustrée), et quand un garçon est du côté des filles, « mais il y a un garçon qui s’est trompé ». Quand l’école reprend les stéréotypes qu’elle est censée combattre…

« Maman, dans tes bras » où comment renforcer les stéréotypes sous couvert d’humour

Maman, dans tes bras est un album de Soledad Bravi paru à l’école des loisirs en 2014. Je trouve certains albums de Soledad Bravi réussis et j’ai lu des commentaires élogieux de cet album sur plusieurs blogs que j’aime bien, comme ici et . J’avais donc plutôt hâte de le découvrir. Et pourtant cet album m’a agacé dès la première lecture.

maman dans tes bras bravi

Son principe est très simple : un petit garçon appelle sa mère, dans toutes sortes de situations de la vie courante. Parce qu’il a faim, parce qu’il a fini de faire caca dans son pot, parce qu’il est malade, mais aussi parce qu’il veut jouer ou parce qu’il veut un câlin.

image

image

image

On retrouve donc toutes les situations de la vie quotidienne d’un enfant et les phrases et les réflexions de ce petit garçon correspondent au vécu de tous les parents. Mais le fait qu’il ne s’adresse qu’à sa mère me fait tiquer. Le père n’apparait qu’à la fin de l’album (oui, je spoile la chute de l’album) :

imageimage

Nous avons donc dans cet album l’ensemble des stéréotypes sexistes concernant les rôles du père et de la mère : la mère qui s’occupe de l’enfant, qui s’occupe du linge, des courses, de la cuisine, pendant que le père reste assis dans son fauteuil en lisant le journal (voir ici la symbolique du fauteuil et du journal, associés au père). Alors je sais qu’aujourd’hui, les mères en font encore beaucoup plus que les pères statistiquement en ce qui concerne l’éducation des enfants mais j’espère qu’une famille aussi caricaturale avec la mère qui fait tout et le père qui a le cul posé sur son fauteuil fait désormais figure d’exception.

On me rétorquera que c’est de l’humour et du second degré, que l’auteure joue avec les stéréotypes. J’y crois volontiers, espérant qu’on ne puisse plus avoir cette image caricaturale du père en 2014. Mais ça n’en rend pas la chose moins problématique à mes yeux. Puisque la seule raison de trouver ça drôle c’est de trouver qu’au fond, ça correspond à la réalité, de se dire « ah, c’est bien vrai ». Et donc de conforter voire de renforcer les stéréotypes de genre et une forte inégalité entre le père et la mère dans l’éducation des enfants. Et je doute qu’un enfant de 3-4 ans, à qui est destiné le livre, se dise que c’est du second degré.

Non, chez moi les choses ne fonctionnent pas comme ça. Et non, je ne trouve pas ça drôle (mais c’est bien connu, les féministes n’ont aucun humour !). Et quand je vois que l’école des loisirs a utilisé le tag « image de la femme » pour caractériser cet album, ça me déprime franchement.

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce livre ?

Masculin neutre et conséquence sur les représentations

Dans la littérature jeunesse, les personnages non genrés sont très rares. On reconnait quasiment toujours immédiatement un homme d’une femme, un petit garçon d’une petite fille.

Sylvie Cromer, Carole Brugeilles et Isabelle Cromer : Comment la presse pour les plus jeunes contribue-t-elle à élaborer la différence des sexes ? (2008) :

« La bicatégorisation de sexe est en fait une sous-catégorisation du féminin à partir d’un « masculin-neutre » : ainsi pour marquer un personnage comme féminin sont ajoutés des attributs spécifiques, comme des nœuds, robes, bijoux, état de grossesse, des seins, à partir en fait d’un neutre déclaré comme masculin. Aussi le masculin apparaît-il comme représentant de l’universel, englobant le masculin et le neutre, et le féminin comme une sous-catégorie. »

Sylvie Cromer le réaffirme dans cet entretien« Pour faire une fille, on prend un garçon et on lui ajoute quelque chose » (des cheveux longs et une robe rose pour la petite fille, un tablier pour la maman…).

Une image trouvée dans le magazine Tralalire de mars 2015 me semble particulièrement parlante de ce point de vue là :

image

Lou le loup est un des héros récurrents du magazine. On crée à partir du personnage masculin une version féminine en lui ajoutant un collier et une fleur rose !

Sylvie Cromer conclut dans Le masculin n’est pas un sexe : prémices du sujet neutre dans la presse et le théâtre pour enfants (Cahiers du genre n°49, 2010) :

Ces marques qui ‘altérisent’ et ‘désuniversalisent’ empêchent l’accès du féminin au statut du neutre et le constituent, non pas en un autre sexe à part entière, mais le déclinent comme sous-catégorie du masculin. Par là, en creux, est induite l’idée d’un masculin premier, équivalent à un neutre. Cette particularisation du féminin n’est pas spécifique aux productions de la jeunesse mais innerve notre mode de pensée : qu’on songe aux nœuds dont on affuble sans nécessité — si ce n’est celle de marquer le sexe — les bébés filles ou l’énoncé fallacieux des règles grammaticales, tel que « on ajoute un ‘e’ pour former le féminin ».

Vous avez d’autres exemples ?

Je vous parle très vite des (rares) cas où les personnages de littérature jeunesse ne sont pas genrés, ce qui ne règle pas forcément le problème…

La presse pour petites filles : ressources et compléments

Je vous parlais il y a quelques jours de la presse pour petites filles. Je m’étais appuyée essentiellement sur les numéros que j’avais pu lire et l’analyse des sujets, des couvertures… J’ai depuis continué à faire quelques recherches (je vous prépare également un article sur la presse « mixte ») et je suis tombée sur quelques ressources supplémentaires intéressantes.

On commence avec cette très intéressante vidéo d’entretien avec Corinne Destal consacrée à la presse pour petite fille et à la presse pour adolescentes.

Elle revient rapidement sur l’histoire de la presse pour petites filles et analyse le contenu de la presse pour fillettes et de la presse pour adolescentes. A propos de la presse pour fillettes, elle insiste sur le fait que la remise en cause des stéréotypes reste très marginale dans ces titres ou source de difficultés. Les femmes sont liées à la sphère privée, et on encourage les filles à s’en emparer via la décoration et les conseils d’organisation, de rangement…

Dans la presse pour adolescentes, « le phare est braqué sur le corps » et sur les hommes pour qui elles transforment ce corps. L’adolescente a des moyens pour travailler cette image, et doit y consacrer du temps (et de l’argent). Elle reste maîtresse des relations amoureuses et sexuelles. C’est son pouvoir. En revanche, en terme d’orientation professionnelle, on encourage les filles à des filières courtes. « On pose la femme comme devant avoir une vie professionnelle (…) mais sans faire de carrière, parce qu’elle aura autre chose à faire ».

Un article de Caroline Caron « Que lisent les jeunes filles? Une analyse thématique de la « presse ados » au Québec » (Pratiques psychologiques, 2003, no 3, p. 49-61). Les titres ne sont pas les mêmes qu’en France, mais je pense qu’on trouve des résultats comparables. Elle conclut :

« L’hypothèse selon laquelle ce contenu est conservateur plutôt qu’égalitaire est validée et permet de considérer ce média comme un agent de socialisation traditionnelle. La répartition des articles selon le thème révèle que près des deux tiers (64,8 %) du contenu produit par les équipes rédactionnelles traitent de la beauté, de la mode, des garçons, des relations hétérosexuelles et des vedettes masculines. Plus du tiers (35,2 %) touche au développement personnel et social, mais la lecture attentive révèle qu’ils négligent la dimension sociale de l’identité, au profit d’une insistance marquée pour la dimension personnelle. »

Un autre extrait :

Alors qu’elles apprennent à se définir et à trouver leur place dans la société, les lectrices adolescentes (et pré-adolescentes) se voient offrir, dans ces revues, une conception somme toute conservatrice de la féminité et des rapports entres les hommes et les femmes.

Les absences parlent aussi. En omettant de traiter des actualités nationales et internationales, de la violence faite aux femmes, de la vie citoyenne, de la planification financière, des inégalités sociales, et des autres sujets de la catégorie « société(s) et enjeux sociopolitiques », les magazines omettent d’aborder la dimension sociale de l’identité; ils confinent les jeunes filles au domaine du personnel, à la culture des sentiments et à l’entretien des relations interpersonnelles.

Une autre étude, plus spécifique celle-là, sur « Le corps prescrit : Sport et travail de l’apparence dans la presse pour filles » par Martine Court dans Cahiers du Genre 2010/2 (n° 49) : les objets de l’enfance (l’ensemble du numéro a l’air passionnant !). « L’objectif de cet article est d’analyser les prescriptions formulées au sujet du sport et du travail de l’apparence dans un segment particulier de la presse pour enfants, celle qui s’adresse spécifiquement aux filles. » Il se penche plus particulièrement sur Julie et Witch Mag (devenu depuis Disney Girl)

(Les deux magazines) « leur adressent, en effet, des invitations récurrentes à s’occuper et se préoccuper de leur beauté. Comme on l’a indiqué plus haut, les deux magazines publient des pages sur la mode dans tous leurs numéros et livrent régulièrement des astuces pour embellir son corps ou sa chevelure. (…) Dans Witch Mag comme dans Julie, la norme de la minceur est rappelée de manière très claire.

L’article souligne cependant des différences entre les deux magazines, liés aux différences de capital économique et culturel des lectrices. C’est le cas pour la vision du sport :

Dans Witch Mag, la pratique sportive est quasiment inexistante. (…). Les héroïnes de fiction sont, quant à elles, rarement représentées en train de faire du sport, et quand elles le sont, c’est exclusivement dans deux sports très fortement féminisés : la danse et l’équitation. Julie, en revanche, publie une rubrique « Sport » dans la plupart des numéros. (…) La présence de cette rubrique « Sport » dans Julie est à mettre en relation avec la visée ‘éducative’ de ce magazine. Par définition, la presse ‘éducative’ a en effet pour projet de favoriser le ‘bon’ développement de l’enfant, et ce ‘bon’ développement est défini aujourd’hui de manière dominante comme un développement équilibré du corps et de l’esprit, qui suppose en particulier la pratique régulière d’une activité physique ou sportive, pour les garçons comme pour les filles. (…) Dans les numéros de l’année 2007, Julie consacre, certes, plusieurs articles à des sports pratiqués massivement par des filles ou des femmes — la grs, les claquettes, la voltige à cheval, le yoga, l’équitation, la gymnastique d’entretien — mais il présente aussi des sports plus mixtes, et même des sports pratiqué majoritairement par des garçons — le surf, le ski nautique, l’escalade, le rugby, le judo, et enfin les sports collectifs. (…) Il n’est pas impossible que cet équilibre résulte d’une « tentative de contrôle du sexisme » de la part des rédacteurs de Julie. Si les stéréotypes de genre n’apparaissent pas en ce qui concerne les sports présentés aux lectrices, ils sont en revanche très visibles dans ce qui est dit sur les modalités de la pratique sportive féminine. (…)

Dans les deux magazines étudiés, les filles sont à la fois encouragées à se préoccuper de leur apparence et invitées à faire du sport selon des modalités socialement définies comme féminines — en pratiquant la danse ou l’équitation dans Witch Mag, en étant prudentes, en faisant preuve de sérieux et en se désintéressant de la compétition dans Julie.

La presse pour petites filles et adolescente vue comme une presse d’initiation, par Corinne Destal : elle présente aux petites filles une image stéréotypée des parents : la mère règne sur l’univers domestique, le père assure dans la sphère professionnelle. Si la mère travaille, elle garde du temps pour sa famille. « Et chacun semble y trouver son compte, sans souci, sans regrets ». C’est l’avenir qu’on propose à ces petites filles (cf orientation proposée). Les petites filles sont orientées vers la sphère intime (décoration d’intérieur…) et vers l’apparence : la coquetterie est encouragée.

Un discours secondaire, qui mériterait d’être analysé, tendrait à entraîner les filles sur le chemin du contrôle de soi, de la modération, notamment dans leur rapport aux autres. Il s’agit surtout de valoriser les attitudes et comportements modérés (évitement des conflits, négociation, douceur, réflexion, patience) sont autant de qualités qui sont posées au fil des pages. Comme si les publications revisitaient les schémas traditionnels en prenant soin d’adapter les qualités féminines à l’évolution de la vie contemporaine. C’est ainsi que la soumission et le dévouement aveugle (vieux clichés traditionnels) ne font plus partie de la panoplie féminine. Mais il s’agit tout de même d’entretenir des stéréotypes de petites filles coquettes, sages et surtout devant avoir des réactions moins «bruyantes» que celles des garçons.

Et si on s’intéresse aux revues pour adolescentes, la figure de la mère disparaît, les magazines se centrent sur l’apparence et les relations amoureuses.

 l’excès des publicités pour cosmétiques ou marques de vêtements, l’avalanche d’articles sur les 1001 façons d’être séduisante et de séduire, les informations omniprésentes sur les «stars» semblent rapprocher la presse adolescente de la presse féminine. Cette dernière semblerait alors être le prolongement «logique» des revues pour jeunes. (…) La plongée des ados dans un monde consommatoire si fervent peut être vécue par eux avec violence. Car cet univers exclut ceux qui n’y adhèrent pas (quelles que soient leurs raisons), et peut les mener tout droit à la faillite (amoureuse, sociale etc.). Une forme de violence faite aux adolescentes se retrouve également dans la multitude de propositions «d’amélioration corporelle». Les conseils dessinant un corps normatif, standard, peuvent générer frustration et déception chez celles qui ne s’en approcheront qu’asymptotiquement. Elles se voient alors démunis d’un outil formidable qu’est le corps séduisant dans la course aux relations idylliques.

L’image des garçons donnée dans ces magazines est également très caricaturale.

Tranchant avec ces analyses, voilà un article favorable à la presse pour fille qui date de 2003. Il parle de la presse qui « semble avoir (re)découvert les vertus d’une déclinaison « sexuée » » et Bayard y défend la mixité « au risque de passer pour réactionnaire ». Un sociologue employé par Fleurus y explique que proposer des magazines pour petites filles, c’est progressiste et qu’on peut faire des magazines pour filles sans clichés.

Très vite, je vous parle de la presse mixte, qui n’est pas pour autant exempte de stéréotypes de genre !

La presse pour petites filles

Régulièrement, je reçois la plaquette d’abonnements de Fleurus. Encore une bonne occasion de m’énerver face aux abonnements « pour filles ». Je n’aborderai ici que les titres s’adressant aux enfants et aux préados, pas la presse pour adolescentes.

Les revues pour filles étaient nombreuses dès le début du XXe siècle comme la semaine de Suzette, et jusqu’aux années 1960. Vous pouvez lire un article très intéressant sur l’histoire de ces magazines ici. Elle disparait ensuite dans les années 1970. C’est Milan Presse (qui s’annonce pourtant engagé pour l’égalité filles/garçons) qui a relancé en 1998 la presse pour fillette avec Julie, bientôt suivi par d’autres éditeurs, en particulier Fleurus. On retrouve dans ces magazines récents beaucoup d’éléments qui étaient déjà présents chez leurs « ancêtres ».

Petit état des lieux actuel :

Chez Milan, on trouve Julie, « le mag qui parle aux filles », pour les 9-13 ans et Manon, pour les 6-9 ans. Chez Fleurus, les p’tites sorcières de 8 à 12 ans, les p’tites princesses de 5 à 8 ans et les p’tites filles à la vanille de 3 à 5 ans. Et chez Disney, Disney Girl pour les 7-11 ans. On trouve également quelques magazines consacrés à une héroïne particulière : Violetta, Charlotte aux fraises… Parmi les grands groupes de presse jeunesse, seul Bayard échappe à cette tendance en ne proposant que des abonnements mixtes. On peut noter qu’il n’existe pas d’équivalent « pour garçon », les autres magazines s’appuyant sur des centres d’intérêts.

Et à quoi ils ressemblent, ces magazines ? Malgré quelques variantes (chez Fleurus, il y a dans chaque magazine une grande histoire ou un court roman, qu’on ne retrouve pas ailleurs, Julie a le mérite d’aborder une question d’actualité (mais « vue à travers le prisme des filles ») et de présenter dans chaque numéro un portrait de femme célèbre), on retrouve dans ces différents magazines les mêmes éléments.

  • Le rose omniprésent. Souvent complété par du mauve ou du violet. Dans l’exemplaire des p’tites filles à la vanille, il y a du rose ou du violet sur toutes les pages sauf une. C’est visible dès les couvertures. Et aussi sur le site internet du magazine Disney girl !

                             p'tites sorcières rose manon rose disney girl 1

  • Des BD qui mettent en scène des filles, que ce soient des héroïnes connues (Lou ou les sisters par exemple) ou des héroïnes propres aux magazines. On retrouve régulièrement des hors séries « BD de filles » (c’est toujours bien précisé !)

p'tites sorcières bd fillesp'tites sorcières BD de filles

  • Des bricolages et des recettes de cuisine qui s’ancrent très fortement dans l’univers « girly ». Parmi les activités « bricolage », beaucoup de couture ou de customisation (« la deuxième vie de tes tenues d’été »). Et même les recettes de cuisine sont stéréotypées : des cupcakes, des macarons, des glaçages, du rose…

Recette gateau diadèmep'tites princesses bricolagep'tites princesses bricolagejulie recettejulie décojulie customisation                             julie bricolage bijoux

  • Des tests, le plus souvent centrées autour de l’amour (« As-tu un coeur d’artichaut ? » « Quel garçon te fait craquer? ») ou des relations entre amies (« Une amie, c’est quoi pour toi? » « Es-tu fidèle en amitié? » « Copines d’un jour ou pour toujours? »).
  • Des pages « fan de ».

 

Et parmi les sujets, des « incontournables » qui reviennent très régulièrement :

  • l’amour, en tête de liste

p'tites sorcières amour JULN0187P001_couv.inddJULN0199P001_couv.indd p'tites sorcières amour

  • les relations entre amies, avec l’organisation de boom et de pyjamas parties.

Capture d’écran 2015-04-02 à 10.25.39 manon copines disney girl amitié disney-girl amiesp'tites princesses amitiéjulie amitiédisney girl amitiéjulie amitié p'tites sorcières soirée pyjama

 

Julie amitié chevaux

 

  • la mode : il faut trouver son « look », son « style ». On trouve également des articles sur comment se coiffer, les accessoires, etc. Un très fort accent est mis sur l’apparence (j’avoue que je trouve le titre « belle mais pas rebelle » particulièrement gratiné !).

julie mode 2 julie mode disney-girl styledisney girl modedisney-girl beautéCapture d’écran 2015-04-02 à 18.18.48 p'tites sorcières coiffureCapture d’écran 2015-04-02 à 10.21.04

  • être une star. Oui, dans ces magazines, c’est une activité à part entière. Avec des tests (« quelle star sommeille en toi ? »), ses conseils…

Capture d’écran 2015-04-02 à 10.20.20 p'tites sorcières starp'tites sorcières stardisney girl star

  • l’équitation. Julie, en plus de nombreux numéros consacrés aux chevaux, propose même un hors série spécial équitation 4 fois par an, Julie Cheval. On élargit parfois à d’autres animaux, à condition qu’ils soient « mignons » : chiots et chatons par exemple.

p'tites sorcières cheval p'tites sorcières chevalp'tites sorcières équitation Julie chevaljulie cheval

  • les journaux intimes, où on parle… d’amitié, de mode et de garçons !

p'tites sorcières journal intime 2 p'tites sorcières journal intime disney girl journal intime

 

On rejoint ce qui est expliqué, dans Contre les jouets sexistes à propos des jouets (je reprends ce que j’avais noté dans cet article) :

« Les jouets inculquent aux fillettes l’attente du grand évènement de leur vie : l’amour avec un grand A (…). Elles apprennent que c’est lui qui va leur permettre de se réaliser en tant que femme. Et que seul le regard masculin peut valider l’existence de la femme et la rendre heureuse ».

En attendant le grand amour, les filles sont encouragées à l’amitié entre filles, si possible dans un univers girly où on parle amour, beauté, séduction, petits secrets. On encourage également le goût des filles pour les animaux « de préférence mignons, inoffensifs et jeunes ».

« L’empire des sentiments, dévolu aux filles, est en fait l’institution du sentimentalisme comme forme de relation aux autres et au monde. La pensée, la réflexion, l’esprit critique, la science, la connaissance du monde qui les entoure… semblent totalement absents de l’univers des filles ».

J’ajouterai que dans ces magazines, l’importance accordée à l’apparence, aux vêtements et à la mode, et ce dès l’école primaire, est à mes yeux plutôt effrayante.

Autrement dit, ces magazines contribuent à enfermer les filles dans des stéréotypes, et ce dès l’âge de 3 ans. La concentration sur un trop petit nombre de sujets (les sentiments, l’apparence, le mignon…) leur limite l’accès vers d’autres intérêts et d’autres formes d’épanouissement.

Les liens du moment (14 mars 2015)

Dire qu’à un moment, cette rubrique était hebdomadaire… Mais voyons le bon côté des choses en disant que je peux du coup faire une sélection plus riche…

Mais avant de vous donner des ressources en ligne, si vous voulez parler égalité dans l’éducation en direct, et que vous êtes lyonnais, les Vendredis Intellos organisent un brunch avec Anne Verjus, chercheuse au CNRS autour du thème « la famille doit-elle faire respecter l’égalité ? » le samedi 11 avril de 10h à 12h. Tous les renseignements sont ici.

Des sélections d’albums ou de romans

(à noter : j’ai repris pour cette sélection les titres des articles concernés, mais je déplore qu’ils s’adressent en général aux filles et je trouve tout aussi indispensable de faire découvrir ces livres aux garçons)

Une sélection de livres pour enfants qui bousculent les stéréotypes sur le blog du site Naître et grandir, par Mariouche Famelart

6 livres pour enfants qui mettent KO les stéréotypes sur terrafemina

5 « albums géniaux pour élever des femmes fortes »

Une sélection de romans ados (sur le passage des filles à l’âge adulte) et album jeunesse par Nathalie Riché, qui vaut mieux que son titre (« parlons littérature entre filles »)

12 empowering children’s books to add to little girls’ bookshelves : article en anglais, comme son titre l’indique, mais plusieurs titres ont été traduits en français (albums et romans jeunesse).

En image, la sélection de l’école des loisirs pour la journée internationale des droits des femmes : « albums et de romans mettant en scène des femmes dont les droits sont bafoués et des femmes qui se battent » :

selection 8 mars l'école des loisirs

Les 10 ans de Talents Hauts, maison d’édition qui lutte pour l’égalité des sexes

Une rencontre avec les deux éditrices dans l’émission Les Maternelles. Et des articles publiés à l’occasion de leur anniversaire par deux auteurs, Gael Aymon et Clémentine Beauvais.

Leur dernier album, Le zizi des mots d’Elisabeth Brami et Fred L. montre que songent, dans la langue française, le nom au masculin renvoie à une personne, et le même au féminin à un objet. Il est présenté ici et (et c’est beaucoup plus clair en image).

Des coups de gueule

Contre la représentation des pères dans certains albums jeunesse par Gabriel de La mare aux mots

Contre un énième livre sexiste sur une princesse par une libraire

Coup de gueule de Shannon Hale, auteure jeunesse dont une rencontre scolaire a été réservée aux élèves filles, sous prétexte que certains de ses ouvrages présentent des princesses sur leur couverture ou dans leur titre

Des actions des auteurs, des éditeurs…

L’éditeur de comics Boom ! lance une campagne pour faire exploser les stéréotypes

Des actions en bibliothèques

Désapprendre les stéréotypes en BU pour promouvoir l’égalité à Lille (exposition, guides téléchargeables, bilans des animations…) sur le blog de légothèque

La présentation de l’espace « égalité de genre » à la médiathèque Olympe de Gouges de Strasbourg sur le site de la BPI

« Tous genres bienvenus » : retour sur un festival dédié au genre dans les médiathèques de Wallonie-Bruxelles par légothèque

Des ressources pour aider à l’analyse (éducation, stéréotypes, représentations sexuées)

Publication par le ministère de la culture de Questions de genres, questions de culture dont on trouve la table des matières ici et une présentation par légothèque

Les enregistrements de la journée « qui (dé)fait le genre en éducation? » qui a eu lieu en janvier à l’ENS Lyon

Des activités et des analyses sur les représentations sexuées dans l’audiovisuel (publicités, clips, films) pour les fin de primaire, collégiens et lycéens.

Une étude de la DRESS sur les stéréotypes sur les rôles des hommes et des femmes en 2014. Une partie est consacrée à l’éducation des enfants.

Un rapport de l’OCDE sur l’égalité des sexes dans l’éducation : Aptitudes, comportement et confiance

Recherches et colloques

Colloque sur « Débats de société et littérature jeunesse font-ils bon ménage ? Le 18 juin 2015 à Montreuil avec en particulier une table ronde sur « stéréotypes, préjugés, questions d’éthique, comment ne pas tomber dans les bons sentiments, la simplification, le manichéisme ?

Appel à communication pour un colloque qui aura lieu en novembre 2015 à Bordeaux autour du thème « Mauvaises filles en littérature de jeunesse. Éducation & rééducation »

Bonnes lectures ! Et retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! J’y suis plus régulière qu’ici.

Fleurus, les filles et les garçons (vive les stéréotypes, 14)

Oui, ça commence à devenir un peu facile de taper sur les collections « P’tite fille »  et « P’tit garçon » de chez Fleurus, mais je suis tombée sur cette analyse intéressante de PopyGali sur twitter (son blog est ).

fleurus garçons : filles

J’en profite pour vous mettre l’article de Superchouette sur cette collection (et pour rappeler que ce blog propose un tag Supergirl pour de chouettes livres qui sortent des stéréotypes).

Et parce qu’avec Fleurus, on n’est jamais déçus niveau stéréotypes, passons au dessin « pour filles » et « pour garçons » (repéré par SaptePupici) :

j'apprends a dessiner garçons

« Des thèmes qui reflètent le goût des garçons pour l’action et l’aventure ! Une compilation de quatre titres : les sports, les dinosaures, les pompiers et les pirates » (présentation de l’éditeur)

j'apprends à dessiner filles

« Une compilation de 4 titres qui enchantent les jeunes dessinatrices : La danse, chevaux et poney, les bébés animaux, les fleurs. 36 modèles pour dessiner ses sujets préférés à partir des formes simples indiquées et les associer : une danseuse étoile et son bouquet de roses, un petit lapin dans un champs de pâquerettes, un cheval et sa cavalière… » (présentation de l’éditeur)

Ca se passe de commentaires, non ?

C’est génial d’être une fille… et c’est très très caricatural ! (Vive les stéréotypes, 13)

Il y a peu à la bibliothèque, un charmant monsieur est venu nous donner plusieurs cartons de livres. A l’intérieur, plein de livres super, d’autres moins bien, et surtout le livre le plus naze que j’ai jamais vu. J’ai nommé C’est génial d’être une fille, un livre pas cochon de Bob Elsdale (Fetjaine, 2008, heureusement épuisé).

génial d'être une fille elsdale

Ce livre présente donc la vie des filles, et les filles sont représentées par des cochonnes. Oui oui. Avec des jeux de mots pourri sur le fait que c’est « un livre cochon ».

L’auteur commence dans son introduction par expliquer que « il fut un temps où c’était dur pour nous, les filles, d’être traitées comme des êtres humains normaux ». Mais ensuite, il y a eu « la guerre des sexes » (sic) et « ce fut le début de l’âge de la femme » (re-sic). Désormais, « le monde nous appartient » « cela dit, le shopping reste notre sport préféré et les boutiques du monde entier notre terrain de jeu. Quant aux hommes, les pauvres chéris, ils se battent pour être comme nous » « Oui, c’est génial d’être une fille ».

Après cette introduction où un homme utilise la première personne du pluriel pour désigner les femmes, nous entrons dans un univers rose bonbon qui explique qu’être une fille c’est génial en alignant tous les clichés qu’on puisse imaginer. Ainsi, les filles font du shopping, échangent des potins et papotent (mais n’ont pas de conversation sérieuses), se chouchoutent (en se maquillant et se parfumant), appellent âme soeur. Et quand elles s’accordent « des petits excès » (mangent des gâteaux), elles font du sport pour éliminer et se pèsent.

En image, ça donne quoi ? (j’aurais pu photographier toutes les pages, aussi caricaturales les unes que les autres)

IMG_1931 IMG_1933 IMG_1934

(oui, ça fait mal aux yeux).

Le seul moment où une fille s’empare d’une activité considérée comme masculine (le bricolage), elle le fait « avec beaucoup plus d’élégance » et en rose bonbon :

IMG_1930

Et le livre s’achève en sous-entendant que le meilleur atout d’une fille… ce sont ses fesses !

IMG_1935

Franchement, je n’imaginais même pas qu’un livre comme ça puisse exister !

Et maintenant, j’ai un problème. Ce livre, j’en fait quoi ?