Uncategorized

Bibliographie du SLIP

Parfois, les miracles arrivent.

Et la bibliographie faite il y a 9 mois pour le SLIP (mais si, vous savez, la Société de Libération de l’Imaginaire contre les Préjugés, l’association de lutte contre les stéréotypes dont je fais partie) est ENFIN mise en ligne.

Vous pouvez la retrouver sur le site du SLIP, dans la partie ressources.

Mais je vous la met également ici.

couv biblio

Bibliographie « pour une littérature jeunesse antisexiste »

Réalisée pour une rencontre en bibliothèque, elle s’appuie sur les collections de la bibliothèque et n’a donc pas pour vocation d’être exhaustive.
Mais elle propose des livres pour les enfants de tous âges. Elle est organisée par thème et par type de documents.

Elle complète donc une autre sélection que j’ai proposé récemment ici.

J’espère que vous y trouverez votre bonheur !

Sélection de livres féministes et LGBT+

J’ai eu l’occasion, plusieurs fois, de faire des bibliographies antisexistes. Au début, je me suis dit que j’allais en faire une, une fois pour toutes. Et en fait ça ne marche pas. Parce que je m’adapte au public, aux demandes, aux livres disponibles, aux nouveautés découvertes entre temps… J’avais par exemple fait celle-ci pour une classe de CM2.

Là, on m’a demandé une sélection de livres féministes et LGBT+, pour de la consultation sur place, et pour un public adulte et jeunesse. J’ai choisi donc des livres qui se feuillettent facilement, où on peut piocher ou se lisent rapidement plutôt que des romans ou des livres qui demandent une lecture suivie.

Pour les questions LGBT, je vous propose quelques titres, mais je vous renvoie surtout vers d’autres sources et des gens bien plus compétents que moi sur le sujet.

 

Féminisme :

BD :

Culottées de Pénélope Bagieu (Gallimard, 2016 et 2017). Portraits de femmes d’origines et d’époques diverses « qui ne font que ce qu’elles veulent ». Incontournable !

La ligue des super féministes de Mirion Malle (la Ville brûle, 2019).  Cette BD documentaire aborde des thèmes inédits en jeunesse : la représentation, le sexisme, le consentement, le corps des filles, les notions de genre et d’identité sexuelle… Conçue pour les enfants dès 9-10 ans, cette BD documentaire est vraiment très bien faite, passionnante, et un excellent accès aussi pour les adultes. 

Bichon de David Gilson (Glénat, 2013).Bichon est un petit garçon sensible qui aime danser, se déguiser en princesse et jouer à l’élastique. Il transgresse les normes de la société sans même le savoir. BD jeunesse (dès 8-9 ans). Bichon est un héros qui remet en cause les stéréotypes de genre et qui est amoureux d’un garçon de son école. 

 

Documentaires :

Histoires du soir pour filles rebelles d’Elena Favilli et Francesca Cavallo (Les Arènes, 2017 et 2018) et Histoires du soir pour filles rebelles, 100 femmes françaises extraordinaires d’Alice Babin, (les Arènes, 2020) Enorme succès de librairie, des portraits de femmes réelles, illustrées chaque fois par une illustratrice différente. Celui sur les femmes françaises vient de sortir.  

Cher corps, je t’aime : guide pour aimer son corps de Jessica Sanders et Carol Rossetti,(CRACKBOOM!, 2019) Documentaire qui encourage chaque jeune fille à aimer son corps, quel qu’il soit. On trouve une vraie variété de corps, de couleurs de peau, etc dans les illustrations, et ça fait du bien ! 

Les mots pour combattre le sexisme de Jessie magana et Alexandre Messager (Syros, 2019) Un livre facile d’accès, à la maquette agréable, qui se feuillette facilement. Conçu pour les ados, c’est aussi un excellent pour d’accès pour les adultes. 

Qui sont les féministes ? de Julie Guiol (Ed. du Ricochet, 2018) Comme le précédent, il est conçu pour les ados mais intéressant pour les adultes. Il s’intéresse à l’histoire du mouvement et aux différents courants du féminisme, aux différents combats. 

Chère Ijeawele, ou Un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie (Gallimard, 2017) et Tu seras un homme féministe, mon fils ! : manuel d’éducation antisexiste pour des garçons libres et heureux d’Aurélia Blanc (Marabout, 2018) Deux livres complémentaires pour les parents qui veulent réfléchir à l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants. 

Femmes : 40 combattantes pour l’égalité d’Isabelle Motrot et Véronique Joffre (Gallimard Jeunesse, 2018)  et J’aimerais te parler d’elles de Sophie Carquain et Pauline Duhamel (Albin Michel-Jeunesse, 2019). Dans la lignée des Culottées et des Histoires du soir pour filles rebelles, les recueils de « portraits de femmes » sont nombreux. En voilà deux que j’aime bien. Le premier pour ses illustrations graphiques et ses infos synthétiques. Le second pour le ton. Mais je suis loin de les avoir tous lus donc de pouvoir dire qu’ils sont mieux que les autres.

 

Albums jeunesse pour les 4-8 ans : 

Marre du rose de Nathalie Hense et Ilya Green (Albin Michel-Jeunesse, 2009). Une petite fille qui remet en cause les stéréotypes de genres. Avec les magnifiques illustrations d’Ilya Green. 

Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon de Christian Bruel, Anne Gallard et Anne Bozellec (Thierry Magnier, 2014). Un classique de la littérature jeunesse édité dans les années 70 qui n’a pas pris une ride.

Ni poupées, ni super-héros ! : mon premier manifeste antisexiste de Delphine Beauvois et Claire Cantais (la Ville brûle, 2015). Un « manifeste » de lutte contre les stéréotypes de genre au dessin percutant, qui peut être utilisé à des âges très différents, de la maternelle au collège. 

Princesse Kevin de Michaël Escoffier et Roland Garrigue (P’tit Glénat, 2018). Kevin se fiche des moqueries, il a décidé de se déguiser en princesse. Drôle et pertinent. 

La fée sorcière de Brigitte Minne et Carll Cneut (école des loisirs, 2017). Une fée qui préfère être une sorcière pour avoir le droit de se salir, faire du patin à roulette et vivre la vie qu’elle veut. Gros coup de coeur pour ce titre. 

Zette et Zotte à l’uzine d’Elsa Valentin et Fabienne Cinquin (Atelier du poisson soluble, 2018). Deux soeurs lors d’une grève dans leur usine. Les mots fantaisistes d’Elsa Valentin. Un album à la fois féministe et qui met en avant la solidarité et l’action collective. Manifle, grave généreule et révoluture !

 

 

Livres LGBT : 

BD :

En dehors de Bichon (accessible dès 8-9 ans) et de rouge tagada (accessible dès le début du collège), les autres titres sont pour adultes ou grands ados. Les BD ne sont pas ma spécialité, donc je renvoie aux articles de la rainbowthèque pour en savoir plus. 

Heartstopper d’Alice Oseman (Hachette, 2019). Dans la rainbowthèque

Rouge tagada de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (gulf stream, 2013) BD pour (pré)ados sur une ado qui tombe amoureuse de sa meilleure amie. Dans la rainbowthèque

Barricades de Charlotte Bousquet et Jaypee (gulf stream, 2018) Sur la transidentité. Même collection que la précédente. Dans la rainbowthèque

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh (Glénat, 2013). Dans la rainbowthèque

Appelez-moi Nathan de Catherine Castro et Quentin Zuttion (Payot, 2018). Dans la rainbowthèque

la fille dans l’écran de Manon Desveaux, Lou Lubie (Marabout, 2019). Dans la rainbowthèque

Bichon de David Gilson (Glénat, 2013) BD jeunesse (dès 8-9 ans). Héros qui remet en cause les stéréotypes de genre et qui est amoureux d’un garçon de son école

 

Documentaire : 

je suis qui je suis quoi

Je suis qui ? Je suis quoi ? de Sophie Nanteuil (Casterman, 2019) Livres pour ados avec témoignage de personnes LGBT, réponse aux idées reçues, etc. Bien fait, maquette agréable. Normalement, il y a un article à venir sur ce livre…

 

Albums jeunesse pour les 4-10 ans : 

Ca change tout ! de Cathy Ytak et Daniela Tieni (Atelier du poisson soluble, 2017), une belle histoire d’amour entre deux petits garçons. 

La princesse qui n’aimait pas les princes d’Alice Brière-Haquet et Lionel Larchevèque (Actes Sud Junior, 2014) La princesse n’aime aucun des princes qu’on veut lui faire épouser, mais tombe amoureuse de la fée venue en renfort. Très mignon. 

Jérôme par coeur de Thomas Scotto et Olivier Tallec (Actes Sud Junior, 2015). Raphael aime Jérôme et le dit, même si ça ne fait pas plaisir à ses parents. Un bijou de douceur et de délicatesse. 

L’heure des parents de Christian Bruel et Nicole Claveloux (Thierry Magnier, 2013) et Familles de Patricia Hegarty et Ryan Wheatcroft (Père Castor, 2017) présentent de grandes variétés de familles, dont des familles homoparentales. 

 

Et voilà ! Bonnes découvertes et bonne lecture !

 

Tables rondes

Un petit article pour vous dire que je vas participer à deux tables rondes dans les semaines qui viennent !

D’abord, demain, jeudi 8 mars, la ville de Paris organise un colloque pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes : « Les femmes et la Culture, quelle place, quels outils pour sensibiliser et favoriser égalité et émancipation ? ». C’est de 9h à 16h45 à la maison des Métallos, dans le 11e.

Impression

Je participerai à la première table ronde, de 10h à 11h30, intitulée « le service Public de la Culture, outil d’égalité et d’émancipation » et plus particulièrement à la partie consacrée aux bibliothèques :

« Les bibliothèques sont les équipements culturels les plus fréquentés par les Parisien.nes. Ce sont des équipements porteurs de valeurs et de transmission des connaissances. Com- ment peuvent-elles participer à la lutte contre les stéréotypes sexistes ? »

 

Je vais tenter de parler, en 5 minutes chrono, de la production massivement genrée et stéréotypée en littérature jeunesse et de la manière dont les bibliothécaires peuvent lutter contre les stéréotypes (oui, faire ça en 5 minutes, c’est environ mission impossible).

Si ça vous intéresse, voilà le programme complet de la journée (les autres tables rondes ont aussi l’air très intéressantes), l’évènement Facebook et le formulaire d’inscription (la journée est gratuite). J’en profite pour vous mettre aussi le programme des bibliothèques pour le 8 mars. Perso si j’étais dispo, j’irais voir la rencontre Girl Power, les figures féminines dans la littérature Young Adult à la Canopée.

 

 

2e table ronde dans un cadre moins institutionnel ! Je participe à une table ronde sur les représentations LGBT+ dans la littérature jeunesse organisée par Mx Cordelia dans le cadre du Festival des Cultures LGBT.

table ronde 2

La table ronde aura lieu à la bibliothèque Marguerite Audoux (Paris 3e) le vendredi 23 mars de 18h à 19h30.

J’y interviendrai avec Mx Cordelia, donc, mais aussi avec Anne-Fleur Multon, autrice (entre autres de Viser la lune), Hélène Breda, maîtresse de conférence et autrice et Marie, vidéaste (Ce Que Tu Mates) et autrice.

Et j’y parlerai plus particulièrement de la représentation LGBT+ dans les albums.

Vous trouverez toutes les infos ici et l’event Facebook . Il y aura également une autre table ronde sur le même sujet le lendemain,  samedi 24 mars de 19h à 21h à la maison du Combattant, de la vie associative et citoyenne de Paris 19e. Je ne pourrai malheureusement pas y être, mais vous pourrez y écouter Anne-Fleur Multon, Cordelia et Marie, et cette seconde table ronde sera plus centrée sur l’écriture.

 

J’espère vous croiser à ces tables rondes !

J’essayerai aussi de publier des compte-rendus de ces interventions ici. Mais je ne sais pas trop quand je pourrai le faire (je suis en plein déménagement et en train de changer de bibliothèque, ça fait un peu beaucoup à gérer en même temps !).

Les liens du moment (novembre 2017)

Littérature jeunesse 

Egalimère montre qu’encore une fois, malheureusement, on trouve des livres bourrés de stéréotypes dès la petite enfance.

Beatrice Kammerer parle de « Ces œuvres qu’on a adorées petits mais qu’on n’ose plus montrer à ses propres enfants » : « Pour tout parent, c’est un des principaux plaisirs liés au fait d’avoir des enfants: pouvoir partager avec eux les œuvres qu’on a dévorées quand on était jeune. Sauf que le message et les valeurs véhiculées ne correspondent pas toujours à celles que l’on souhaiterait. Alors que faire? Voici quelques pistes de réflexion. » Et cet article me donne envie de vous raconter que moi, je lis (aussi) plein de livres sexistes à mes enfants, et pourquoi.

Même si je l’ai déjà partagée, je vous remets cette vidéo que je trouve très parlante, malgré sa visée publicitaire, pour montrer les stéréotypes toujours présents dans la littérature jeunesse aujourd’hui :

 

 

Diversité dans la littérature jeunesse

2 initiatives dont j’ai envie de parler aujourd’hui.

Le premier, La Rainbowthèque, répertoire de livres francophones et disponibles en français LGBT+/MOGAI. Il n’est pas spécifiquement consacré à la littérature jeunesse, mais vous y trouverez pas mal de références, en particulier de romans ados/young adult. C’est un site collaboratif où chacun peut ajouter des références. Je vous encourage donc à y ajouter des titres, d’autant plus que si vous le faites avant le 18 novembre, vous pourrez gagner des livres ! Vous pouvez également suivre le projet sur twitter et sur Facebook

Le 2e, l’association Diveka Diversité & Kids, fait la promotion de la diversité dans la littérature jeunesse, le cinéma, les séries. Ils ont un compte twitter, le site arrive début 2018, et beaucoup de beaux projets à venir : sélection de livres, qui pourront être prêtés grâce à une bibliothèque volante, ateliers de sensibilisation aux préjugés… L’association sera présente au Salon du Livre jeunesse afro-caribéen 2017 qui aura lieu à Clichy les 24 et 25 novembre prochain.

 

Représentations dans les dessins animés : 

Marlène Thomas publie dans Libération un article très riche montrant que dans les dessins animés, les héroïnes sont toujours plus stéréotypées : plus sexy, plus minces, plus roses

Paprika rebondit sur cet article sur twitter et aborde aussi la question des stéréotypes raciaux. Elle a également écrit un article intitulé « l’éducation genrée via les dessins animés » pour Simonae, qui s’achève sur une « petite sélection non-exhaustive de dessins animés jeunesse progressistes ».

En vidéo, Alice in animation propose aussi une analyse de ces sujets avec ses vidéos dessins animés « pour filles », dessins animés « pour garçons » et stéréotypes de genre et dessins animés.

Pour aller plus loi, Mélanie Lallet a publié en 2014 un livre intitulé Il était une fois… le genre. Le féminin dans les séries animées françaises‪ (Ina, coll. Études et controverses, 2014) dont vous trouverez une présentation ici

Un an déjà ! Résultats du concours

J’ai un peu de retard pour le tirage des résultats. Ca devient une habitude ces derniers temps… Mais vos commentaires m’ont fait très plaisir ! Ma liste de livre à lire ou à commenter sur ce blog s’est enrichie de plusieurs titres !

Trêve de bavardage.

C’est Lilyla qui gagne les mots indispensables pour parler du sexisme.

Et c’est Chloé qui gagne l’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon.

Et puis je me suis dit qu’il fallait que je me prête au jeu aussi. Mon livre jeunesse antisexiste préféré… La question n’est pas facile parce que j’en ai lu ou commenté beaucoup. Tous les titres qui apparaissent actuellement dans l’onglet Livres sont des coups de cœur, et ce n’est qu’un début ! J’ai cependant une tendresse particulière pour Marre du rose de Nathalie Hense et Ilya Green.

Quant au livre qui m’a poussé à m’intéresser au féminisme… Je me suis toujours considérée comme féministe. J’ai souvent dit que j’étais féministe, mais pas militante. La lecture de Contre les jouets sexistes aux éditions l’Echappée m’a beaucoup marquée.

contre les jouets sexistes

J’en avais d’ailleurs fait un (long) résumé sur le site des vendredis intellos, avec une introduction consacrée à l’injonction à un genre, une première partie à la construction de la féminité et de la masculinité, une seconde partie à la norme hétérosexuelle et enfin une troisième partie aux alternatives et aux luttes.

Et puis je peux citer aussi ma voiture de Byron Barton, un album pour enfant, un des chouchous de mon fils qui a l’intérêt de s’éloigner de certains clichés. Et pourtant, après quelques mois à travailler avec des tout-petits à la bibliothèque, je me suis rendue compte que je le proposais beaucoup plus souvent à des petits garçons qu’à des petites filles parce que je me disais inconsciemment « un livre sur les voitures, ça va leur plaire ». C’est un point de départ de mes réflexions sur une littérature jeunesse antisexiste, et donc une des origines de ce blog!

Salon du livre de Paris

A partir de demain, c’est le salon du livre de Paris. Un des grands axes du salon du livre s’intitule « Lettres aux féminin » :

La femme est-elle l’avenir de la littérature ? Ou les femmes écrivent-elles déjà, et peut-être depuis plus longtemps qu’on ne le dit, les pages les plus fécondes de l’aventure littéraire? Les plus grands lecteurs sont bien des lectrices qui donnent à la littérature contemporaine l’écho qu’elle mérite.

Et parmi les auteurs les plus créatifs, les plus effrontés, et les plus hardis, n’y aurait-il pas aujourd’hui une majorité d’écrivaines ? Quels sont les thèmes, les discours, les aspirations de cette littérature au féminin ? Y a-t-il un style qui lui serait propre ? La notion de littérature féminine a-t-elle un sens ?

Les grandes figures féminines de la création contemporaine apportent leurs réponses à autant de questions qui agitent les cœurs et les esprits en plein débat sur le féminin, la féminité, le féminisme.

Cela concerne surtout la littérature adulte (ce qui n’est pas moins intéressant mais n’est pas le sujet de ce blog, donc je vous laisse découvrir tout ça sur le site du salon du livre).

Mais certaines animations jeunesse s’intéressent de près aux femmes et aux filles en tant qu’auteur et en tant que personnages :

– « Place aux illustratrices » (parce qu’il est également intéressant de noter si les auteurs sont des hommes ou des femmes), rencontre avec Aurélia Fronty et Isabel Gil, à partir de 4 ans, vendredi 21 mars 2014 à 10h sur la petite scène.

– « les clichés ont la tête dure : ça tombe bien, les filles aussi », pour parler des albums qui écrabouillent les stéréotypes avec les éditions La ville brûle, Albin Michel Jeunesse et Talents Hauts,  à partir de 5 ans, vendredi 21 mars 2014 à 15h30 sur la petite scène.

– « Histoires de femmes », une rencontre autour d’héroïnes de romans pour ados avec Pascale Maret, Frédérique Geguelt, Paule du Bouchet et Stephane Servant, à partir de 14 ans, vendredi 21 mars 2014 à 17h30 sur la petite scène.

Je ne pourrai malheureusement pas y aller, si vous y êtes, vous viendrez me raconter ?

Bichon, vol. 1 : Magie d’amour de David Gilson

Moi qui parle plutôt d’albums et de romans d’habitude, j’ai eu envie aujourd’hui de parler d’une BD qu’on vient de recevoir à la bibliothèque.

bichon gilson

Pourquoi « Bichon » ? Parce que le jour de la rentrée, une maman appelle son fils comme ça devant toute sa classe. La mégahonte ! Mais après en avoir parlé avec sa mère, l’enfant décide d’assumer fièrement ce surnom. « Bichon ? oui, c’est moi! ».

Bichon, donc, est un petit garçon de 8 ans. Un petit garçon fan de Raiponce et de Princesse Ploum, qui passe son temps au milieu de groupes de filles. Il est bien décidé à vivre tel qu’il est, sans se cacher, et sa famille le soutient (j’ai trouvé le personnage de la mère particulièrement intéressant). On découvre sa vie le temps d’une année scolaire, par petites histoires d’une ou deux pages.

image

Ce qui m’a plu dans cette BD, c’est que ce n’est pas présenté comme quelque chose de douloureux, de problématique. Bichon est comme il est, il mène sa petite vie heureuse. Il part en vacances chez son oncle et sa tante, joue dans le jardin, joue à l’élastique avec ses copines, fait les costumes pour le spectacle de l’école parce qu’il a trop le trac pour monter sur scène…

Les difficultés ne sont pas pour autant masquées. Certains garçons de sa classe sont bien décidés à en faire leur souffre-douleur.

Bichon intérieur 1

Heureusement, le grand Jean-Marc du CM2 vient à sa rescousse. Le grand Jean-Marc en question ne le laisse d’ailleurs pas indifférent… Tout comme le maître remplaçant…

image

Bichon est-il homosexuel ? L’auteur insiste sur le fait que Bichon est trop jeune pour le savoir. Il verra bien plus tard !

Et les filles dans cette histoire ? Elles sont nombreuses et très différentes les unes des autres. La plupart ont du caractère ! Que ce soit la petite soeur tornade :

image

Ou la copine championne de Judo :

image

En un mot, même si je suis très peu sensible à ce genre d’illustration (je crois que je n’arriverai jamais à m’habituer aux yeux géants des personnages), j’ai été vraiment touchée par cette BD. Je l’ai trouvée plutôt juste dans sa manière d’aborder les choses, positive sans être naïve, racontant la vie de ce jeune garçon sans militantisme superflu.

L’auteur a créé une page facebook autour de son personnage. On trouve une interview ici.

Le site c’est comme ça (site de l’association SOS homophobie à destination des « jeunes lesbiennes, gays, bi, trans & curieux » que je vous recommande vivement au passage) en parle très bien ici. On trouve aussi des critiques sur les sites Planète BDActuaBD et bédéthèque. On en parle également sur les blogs de la librairie Gribouille et de ToshokanGuillaume Lecaplain, Miawka, Coquelicote, même les sorcières lisent, France net info.

Bienvenue

Bienvenue sur ce nouveau blog consacré aux représentations genrées dans la littérature jeunesse et aux livres pour enfants non sexistes. J’ai pour ambition de réunir ici le maximum de ressources sur ces deux sujets.

Des articles, des analyses de fonds sur la représentation des filles et des garçons dans les albums jeunesse et plus largement dans la littérature jeunesse. Vous trouverez ces références réunies sur la page Analyse des représentations genrées.

J’ai également envie de proposer des titres qui proposent une vision de la vie éloignée des stéréotypes de genre. Je ne vais parler de livres que je considère comme « militants », c’est-à-dire ayant pour sujet principal l’égalité filles/garçons, mais j’ai aussi envie de parler de livres qui abordent des sujets très variés mais qui, dans le texte ou dans l’illustration, s’éloignent des stéréotypes en présentant, par exemple, une femme qui fait du bricolage où un homme au foyer…

J’ai donc réuni plusieurs bibliographies proposant des sélections de livre pour l’égalité filles/garçons et des blogs qui mettent en avant ces livres sur la page Bibliographies, et j’alimenterai au fur et à mesure ma propre sélection sur la page Albums.

Bien sûr, je suis loin d’avoir fait le tour des références, et je serai ravie de votre aide pour alimenter ce blog, n’hésitez pas à indiquer en commentaire des références complémentaires, ou des articles d’actualité concernant ces sujets.