Mois: octobre 2015

Filles, garçons, l’aventure d’être soi (Sélection de l’Atelier des Merveilles)

Un petit article très bref pour vous présenter une nouvelle sélection d’albums antisexistes : Fille, garçon, l’aventure d’être soi

fille garçon aventure d'être soi

L’atelier des merveilles a déjà publié une première sélection de livres Pour l’égalité des filles et des garçons en 2009. Ils ont ensuite fait un travail de « mise à jour » en publiant Pour bousculer les stéréotypes fille garçon en 2013 avec des livres publiés entre 2009 et 2013. Fille, garçon, l’aventure d’être soi regroupe les albums publiés entre 2013 et 2015.

J’avais présenté les deux premières et le fonctionnement de l’atelier des merveilles ici. Et vous pouvez découvrir leur blog .

Je pense que de toutes les sélections antisexistes, celles-ci sont mes préférées. Parce que j’aime la manière dont les livres sont présentés et classés. Parce que ces sélections sont faites par des parents, lecteurs, et que les livres sont lus à leurs enfants. Et parce que, comme ils le disent dans le livret de la 1e sélection, et c’est très vrai dans le dernier également :

« Les livres qui nous plaisent le plus ne sont pas ceux qui sont les plus démonstratifs, souvent caricaturaux par excès inverse, mais ceux qui ont métabolisé cette nécessaire évolution des identités et des rôles au point qu’elle se fonde dans la littérature à l’oeuvre. »

Alors si vous voulez découvrir de beaux albums récents, n’hésitez pas !

Publicités

des ronds bleus pour les garçons, des ronds roses pour les filles (Vive les stéréotypes, 15)

après la récré

Dans Après la récré de Christophe Loupy (Milan, 2015), l’auteur a décidé de représenter les personnages par des ronds. Et devinez quelles couleurs il a choisi ?

Bleu pour les garçons et rose pour les filles, bien sûr !

image image

Précisons que ce choix de différencier uniquement les garçons et les filles n’a pas d’intérêt dans le livre au niveau narratif. Le choix graphique aurait par exemple pu être une occasion d’insister sur la variété des enfants en proposant des couleurs différentes. Après tout, on sait depuis Petit bleu et petit jaune de Léo Lionni que les enfants peuvent être des ronds de toutes les couleurs.

Mais malheureusement c’est souvent plus confortable de reproduire les stéréotypes…

Cet auteur avait déjà publié Dans la cour de l’école sur le même principe.

dans la cour de l'école loupy Visiblement cet album est souvent exploité en maternelle. Et je comprends parfaitement l’intérêt au niveau des capacités d’abstraction, de représentation dans l’espace, etc. Mais dans les idées d’exploitation en classe, on note rarement une remise en cause des stéréotypes, bien au contraire. On propose de trier les enfants de la classe avec les filles sur fond rose et les garçons sur fond bleu, ou on réalise un petit livret sur le même principe, avec les filles qui jouent d’un côté, les garçons de l’autre (même si le texte précise que ce n’est que « parfois », c’est cette situation qui est illustrée), et quand un garçon est du côté des filles, « mais il y a un garçon qui s’est trompé ». Quand l’école reprend les stéréotypes qu’elle est censée combattre…