popi

Stéréotypes ordinaires : les mamans s’occupent des enfants, les garçons jouent au foot… (vive les stéréotypes, 12)

Parmi les albums sexistes, il y a le plus visible : les collections « pour filles » avec du rose et des paillettes et « pour garçons » avec des chevaliers et des tracteurs. Mais surtout, il y a dans la plupart des publications à destination de la jeunesse des stéréotypes moins ostensibles, qui peuvent même passer inaperçus si l’on n’y prête pas attention. Pourtant, à mes yeux, c’est à eux qu’il faut particulièrement faire attention, parce qu’ils finissent pas paraître naturels.

Des exemples tirés de Petit Ours Brun et son copain de Marie Aubinais et Danièle Bour publié (Popi, numéro de mars 2014) et Canaille fête son anniversaire de Jean Leroy et Emile Jadoul (Casterman, 2013).

Dans les deux cas, on assiste à des jeux d’enfants.

image

Les garçons déguisés en chevalier et en pirate, la fille en princesse (robe rose + grandes tresses). Et devinez ce que le copain de Canaille lui offre à son anniversaire ? Un ballon de football ! Bien sûr, les deux garçons aiment le foot alors que la petite fille n’aime pas ça :

image

Mais Cannelle va réussir à les forcer à jouer à la dinette. En effet, elle vient au secours de son frère, mais pas grâce à ses talents, juste grâce à ses (faux) cheveux.

Dans Petit Ours Brun aussi, les garçons aiment le foot :

image

Activités de garçons d’un côté, activités de filles de l’autre…

Et devinez qui s’occupe des enfants ? « Maman » bien sûr ! Et une maman très attentionnée qui apporte à manger dans Canaille fête son anniversaire

image

… et soigne les bobos dans petit ours brun :

image

Bien sûr, elle porte une robe.

Et malheureusement ce type de représentation n’est pas une exception, mais est fortement majoritaire dans la littérature jeunesse, comme le montrent les analyses des représentations hommes/femmes dans la littérature jeunesse. Comme le montre Carole Brugeilles ici, les mères sont bien plus présentes que les pères auprès des enfants dans les albums jeunesse et que quand une femme adulte est représentée dans un album jeunesse, elle est mère dans 80% des cas (alors qu’un homme n’est père que dans un album sur 3).

Le petit monde de l’immeuble (on progresse, 4)

Bon, j’aime bien taper sur Popi, mais il y a aussi des trucs chouettes dans ce magazine que mon fils aime beaucoup. Chaque mois, on y trouve un imagier plein de détails. Et celui de mars m’a beaucoup plu :

image

Je trouve que cette image a l’immense avantage de remettre en cause les stéréotypes de genre sans se limiter à une inversion systématique qui du coup, devient un peu caricaturale. Oui, une femme peut conduire un métro ou planter un clou. Oui, hommes comme femmes peuvent s’occuper des enfants ou des tâches ménagères. Oui, une petite fille peut se déguiser en fée comme en super héroïne.

Et même si ce n’est pas directement le sujet ici, j’apprécie aussi la diversité des couleurs de peau des personnes représentées, dans une production jeunesse où les personnages sont la plupart du temps blancs, la présence de couples mixtes, d’enfants métisses, de familles recomposées…

Bref, j’aime la vision de la société représentée sur cette page.

Mon fils aime beaucoup cette page aussi, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons. Il l’aime parce qu’il y a « du bruit » : on peut faire le « vvvvv » du sèche cheveux, le « bam bam » du marteau, la musique du violon… On y voit aussi de nombreuses références à sa vie quotidienne. Cependant, je pense que plus ou moins inconsciemment, il enregistre la diversité des représentations. C’est pour cela que montrer des images diverses des hommes et des femmes sans que cela soit appuyé, c’est à mes yeux essentiel. Et c’est la raison d’être de cette rubrique du mardi.

Prince charmant (vive les stéréotypes, 5)

Avec son abonnement à Popi offert par son arrière-grand-mère, mon fils a reçu en cadeau 5 petits livres cartonnés consacrés aux héros récurrents du magazine. Parmi ces livres, il y avait « mes premiers voyages avec Lili Souris ». J’ai d’abord été agréablement surprise : Lili Souris conduit une voiture, un train, pilote un avion…

Et puis… voilà la dernière page :

image

Pourquoi la rencontre amoureuse est proposée comme l’aboutissement, le final, pour une fille ? Pourquoi Lili ne peut-elle d’un coup plus conduire ? Pourquoi avoir une robe rose pour monter à cheval ? (je doute que ce soit la tenue la plus pratique). Pourquoi enfoncer dans la tête des petites filles dès la naissance qu’elles doivent attendre un prince charmant ?