Gründ

Les liens du moment (avril 2019)

Je commence par un peu d’autopro :

La petite bibliographie que j’ai faite pour mon intervention en classe a également été mise en ligne sur le site des bibliothèques de la ville de Paris.

J’ai aussi parlé un peu de lutte contre les clichés dans les livres de jeunesse avec une journaliste de Grazia. Qui a interrogé plein d’autres personnes super intéressantes. Ca donne ce chouette article (même si y’aurait des trucs à dire sur certains albums choisis pour l’illustrer…).

 

Nouveautés de l’édition jeunesse

  • Les éditions Talents Hauts viennent de créer une nouvelle collection, les plumées, rééditant des textes de femmes qui ont eu du succès lors de leur publication mais sont tombées dans l’oubli. Voilà un article du monde et un article d’Actualitté présentant ce projet. plumées
  • Planète Diversité publie chaque mois la liste des romans ados/jeunes adultes publiés abordant des questions LGBT ou plus largement de diversité. Voici la liste d’avril 2019.
  • Sophie Gourion, militante féministe, a publié récemment chez Gründ les filles peuvent le faire aussi ! / les garçons peuvent le faire aussi !, album déconstruisant les stéréotypes de genre. Elle le présente sur son blog et en parle dans cette interview. (je vous en reparle !)filles garcons

 

Bibliographie

Pour fêter la Journée internationale des droits des femmes, le Centre National de Littérature pour la Jeunesse a mis à l’honneur des héroïnes de la littérature jeunesse, à travers un abécédaire de personnages féminins. « Soit 26 héroïnes d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui, d’album, de roman, de conte ou de bande dessinée… » d’Adèle Blanc-Sec à Zita de Boule à zéro, en passant par Mireille des petites reines de Clémentine Beauvais ou par Maman Quichon…

Analyse des stéréotypes dans la littérature jeunesse

  • Une vidéo des castors éclairés tournés à l’occasion du salon du livre de Montreuil où ils donnent la parole à des éditeurs  et qui me semble être une bonne introduction à ce sujet.

 

  • Un podcast cette fois ! Lors du salon du livre de Paris, l’émission de france culture « être et avoir » a enregistré une émission sur la révolution féministe de l’édition jeunesse. Y participent Sophie Gourion, autrice, Laurence Faron, éditrice chez Talents Hauts, Marianne Zuzula, éditrice à La Ville Brûle et Nelly Chabrol Gagne, enseignante chercheuse.

 

  • Encore un podcast passionnant, Miroir miroir, « Livres pour enfants, ce reflet déformant » où Laura Nsafou s’interroge : « que faire pour que les livres pour enfants soient plus inclusifs ? Quel rôle peuvent jouer les lecteur·trice·s, les parents, les écoles et les maisons d’édition pour une littérature jeunesse plus universelle ? »

 

  • Une journée d’étude a eu lieu à l’ESPE de Paris intitulée « littérature jeunesse, genre, discriminations ». Le programme : Isabelle Collet : Former à une pédagogie de l’égalité ; Anne Schneider, Vers l’égalité filles/garçons: métiers, jeux et rôles dans la littérature de jeunesse ; Laurence Joselin, Les filles et femmes handicapées dans les albums: les figures invisibles? et une Présentation des Éditions Talents Hauts. Vous pouvez retrouver un LT de la journée ici.

 

 

  • Dans sa thèse de 2013, Le genre et les modèles amoureux dans la littérature de jeunesse : eléments de compréhension de l’éducation sentimentale des jeunes en France, Virginie Houadec a travaillé sur la liste de référence de livres jeunesse de l’éducation nationale pour le cycle 3. Elle se demande « Comment, à travers l’étude de la littérature de jeunesse, analyser la permanence du modèle amoureux illustré par le couple « bonne ménagère, prince charmant » et les transformations ou les déclinaisons de ce modèle ? Les livres pour la jeunesse enregistrent-ils ces changements ? Les reflètent-ils ? Comment et jusqu’où ? Les valeurs et les modèles amoureux mis en scène sont-ils différents selon le sexe du personnage ?« 

 

Les acteurs et actrices du livre s’engagent…

  • L’association DIVEKA, qui « fait la promotion et valorise la littérature jeunesse, les séries TV, les films et toutes les oeuvres culturelles à destination du jeune public, faisant la part belle à la diversité, qu’elle soit mélanique, culturelle, de genre, d’identifications sexuelles mais aussi le handicap », a son nouveau site, tout beau tout neuf !
  • Un article d’Actualitté présentant les sensitivity readers, qui « traquent les extraits pouvant être reçu comme racistes, homophobes, ou encore misogynes par le public et qui pourraient échapper à l’auteur ».
  • La charte des auteurs et illustrateurs jeunesse s’engagent en lançant un « plan d’action Egalité« . Elle annonce, entre autres, la « nécessité de faire un état des lieux » via une enquête interne concernant les droits d’auteur, revenus accessoires, invitations en salons, attribution de bourses, prix littéraires dotés… et « questionner également la place des stéréotypes filles-garçons dans les ouvrages de littérature de jeunesse ». Elle prévoit l’organisation d’un colloque et des ressources sur ces sujets seront mises en ligne sur son site. Son nouveau président, Guillaume Nail, s’était déjà engagé sur le sujet en juin 2017 dans cet article très intéressant.

Leur première action a été de s’associer à la Ville de Cherbourg-en-Cotentin pour créer un prix de littérature jeunesse récompensant un ou une jeune auteur ou autrice qui favorise plus d’égalité en luttant contre les stéréotypes.

sélection livres

Ce prix égalité jeunesse est présenté sur le site de la Charte et celui d’Actualitté.

La première édition a récompensé Catherine Castro et Quentin Zuttion pour Appelez moi Nathan.

  • Vous êtes inscrits à la newsletter face de féministe ? Une « newsletter mensuelle pour une littérature jeunesse engagée ». Elle partage plein de ressources intéressantes et elle est beaucoup plus régulière que moi !

 

En bibliothèque

 

A l’école

Composé de fiches pratiques, il aborde de nombreux sujets (du contenu des cours de français à l’aménagement de la salle de classe, en passant par l’éducation sexuelle ou les formulaires d’inscription). La littérature jeunesse sert de support pour plusieurs sujets.

 

  • Un enseignant de CP s’interroge (entre autre) sur l’influence des stéréotypes de genre sur les emprunts de ses élèves à la bibliothèque. Et c’est passionnant : « Dans le cas présent, ma volonté de laisser les élèves libres dans leur lecture et leur exploration du fond de la bibliothèque semble participer à reconduire l’ordre du genre. Ce constat est double : à la fois, les choix des élèves sont extrêmement déterminés par leur genre, mais aussi et surtout, ces choix portent sur des ouvrages mettant en scène des représentations extrêmement outrées et stéréotypées des genres et des relations de genre (…) Cependant, il n’est pas possible pour moi de renoncer à la liberté de choix des élèves. »