cheval

Les liens de la semaine (18 août 2014)

En fait, ça fait bien plus qu’une semaine que je n’ai pas posté ici. Je profite de mes vacances. Mais j’ai quand même trouvé pas mal d’articles intéressants…

Une sélection d’albums sur des princesses pas niaises par Boumabib.

Une sélection d’albums en anglais antisexistes et LGTBQ-friendly pour les enfants de 0 à 5 ans via @sympl.

La mise en place d’une sélection d’albums antisexistes et présentant des couples et des parents homosexuels dans les écoles au Quebec.

Une présentation du dernier « Petit Poilu » (BD sans texte pour tout-petits) sur twitter par @2vanssay.

Un article d’Actualitté sur les romans de chevaux pour filles qui me fait penser à cet extrait :

L’ édition genrée pose un autre problème : le côté un peu arbitraire de certains domaines : tu es un garçon et tu aimes le cheval ? (…) va falloir t’accrocher mon ptit gars ! Détail marrant, l’équitation qui était réservée aux hommes jusqu’au XIXeme siècle, est devenue un sport en grande partie féminin au début du XXeme, (et certains prétendront que c’est dans la nature)… Mais maintenant c’est pour les petites filles, alors toi le mâle, passe ton chemin.

(extrait de l’article de l’inconvénient d’être féministe en librairie jeunesse).

Et même si ça concerne moins directement la littérature jeunesse, des références intéressantes sur le genre :

– une sélection commentée de ressources sur la notion de genre, publiée à l’intention des enseignants mais intéressante pour tous, et qui donne aussi bien des liens vers des livres et des textes que vers des vidéos et des extraits d’émissions de radio

– une analyse de la place de la droite et de l’extrême droite française dans la controverse sur le genre par Anne-Charlotte Husson.

 

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! Bonne lecture.

Communiquons des clichés (vive les stéréotypes, 6)

Image 3

Aujourd’hui, un bel exemple d’édition genrée avec un communiqué de presse des éditions Larousse.

 

 

La recette ?

On commence et on finit par une phrase en rose qui s’adresse explicitement aux filles. Et entre, on conjugue tout au féminin.

On met des couvertures mauves (la couleur pour fille quand on ne veut pas utiliser le rose), des coeurs, des nounours, des papillons roses.

 

Et puis on a décrété que certains domaines, comme l’équitation, étaient féminins. D’ailleurs, on trouve d’autres titres sur l’équitation au féminin chez Larousse comme « si j’étais… cavalière« , en selle avec Alexandra Ledermann (pour « devenir une excellente cavalière »)

L’ édition genrée pose un autre problème : le côté un peu arbitraire de certains domaines : tu es un garçon et tu aimes le cheval ? (…) va falloir t’accrocher mon ptit gars ! Détail marrant, l’équitation qui était réservée aux hommes jusqu’au XIXeme siècle, est devenue un sport en grande partie féminin au début du XXeme, (et certains prétendront que c’est dans la nature)… Mais maintenant c’est pour les petites filles, alors toi le mâle, passe ton chemin.

(extrait de l’article de l’inconvénient d’être féministe en librairie jeunesse). J’ai trouvé un titre qui s’adresse aux cavaliers, quand même.

Et d’après Larousse, quels sont les « thèmes très appréciés par les filles » ? Organiser des fêtes, l’amitié (qui doit être analysée et évaluée), se faire belle, les princesses, la mode… (communiqué de presse complété par la page du catalogue consacrée à ce titre).

Larousse n’en est pas à son coup d’essai concernant l’édition genrée. On trouve déjà les Boy’s books « incontournable « bible » des jeunes garçons aventuriers et un « collecteur » fabuleux pour les pères, désireux de transmettre à leur fils le B.A.-BA des loisirs de la gente masculine », Boy’s box, Girl’s books, Girl’s box, le club des miss (pour être « styliste de mode ») …