Liens de la semaine

Les liens du moment (15 décembre 2014)

Coucou, je suis toujours vivante ! J’avoue qu’en ce moment, trouver la route du blog est un peu compliqué, entre un nouvel emploi du temps qui me laisse moins de temps libre pour le blog et une vie perso bien trop remplie. Mais j’espère quand même être plus régulière dans les temps à venir, j’ai plein d’idées d’articles en tête, et même déjà quelques uns entamés dans les brouillons.

Commençons avec ce qu’on a pu trouver sur internet comme ressources ces derniers temps.

Je vais commencer par me faire mousser un peu : ce blog fait partie du top 10 des blogs féministes de Marie-France, et j’avoue que j’étais assez fière, surtout en voyant les 9 autres blogs !

 

Mais revenons à nos moutons :

Littérature jeunesse antisexiste, analyse

Une interview de Melanie Decourt, éditrice et cofondatrice des éditions Talents Hauts, sur le blog la mare aux mots. Elle revient sur l’histoire de la maison d’édition, l’évolution de la production éditoriale depuis 10 ans, le public auquel s’adresse les livres…

Le dico des filles de chez Fleurus a encore fait parler de lui cette année… Et Clémentine Beauvais prend un peu de hauteur pour parler du documentaire jeunesse et de « l’impératif de vérité »… qui n’est qu’une illusion : « Evidemment, le livre documentaire pour la jeunesse doit informer, mais l’information, quelle qu’elle soit, n’est évidemment ni neutre ni objective et elle ne peut l’être. Le Dico en est une illustration particulièrement controversée. »

Une interview de Virginie Houadec sur le blog des vendredis intellos qui revient sur le sexisme en littérature jeunesse, et plus particulièrement sur les relations amoureuses modèles de couple et d’amoureux proposés dans les livres à destination des élèves. Celles et ceux qui veulent aller plus loin pourront consulter sa thèse sur le sujet.

Un article du soir qui souligne que les stéréotypes sexistes sont toujours présents en littérature jeunesse et qu’il est difficile de passer une Saint-Nicolas (ou Noël) loin des stéréotypes sexistes.

Un article de metronews sur l’ouverture de la littérature jeunesse a la famille non traditionnelle avec une sélection de livres.

 

Albums antisexistes

Un article de Lu cie & co sur l’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon de Christian Bruel et Anne Bozellec dont j’ai parlé ici.

Après « on n’est pas des poupées, mon premier manifeste féministe« , voilà « on n’est pas des super héros, mon premier manifeste antisexiste » de Delphine Beauvois et Claire Cantais chez la ville brûle. On en parle dans le tiroir à histoires et la mare aux mots (même si je ne suis pas d’accord avec Gabriel sur le mot « antisexiste » à la place du mot « féministe »).

 

Education des filles et des garçons, marketing genré

Un entretien la documentariste Cécile Denjean au moment de la diffusion de son documentaire “Princesses, pop stars et girl power”, qui réfléchit « sur ce qui fonde, construit et contraint la féminité ».

Un article sur la « fabrique des garçons« , ou comment les transgressions et les difficultés scolaires des garçons « sont, le plus souvent et quelque soit leur milieu social d’origine, des conduites liées à la construction même de leur identité masculine ». Crêpe Georgette a résumé le livre de Sylvie Ayral ici.

Une présentation du nouveau plan pour l’égalité à l’école : le nouveau site est ici et Rue89 l’a comparé avec le site des ABCD de l’égalité.

Des idées d’instits pour enseigner l’égalité filles/garçons à l’école.

 

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! J’y suis plus régulière qu’ici en ce moment. Et bonne lecture.

Les liens de la semaine (30 septembre 2014)

(oui, je sais, mes semaines ont des durées variables en ce moment…)

 

Les livres pour enfants :

Il y a eu les chroniques croisées avec la Mare aux mots et Maman Baobab : la Mare aux mots a parlé, comme moi, de l’Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon et de la dictature des petites couettes en citant gentiment mon avis, et Maman Baobab a parlé de l’Histoire de Julie, mais aussi de Rose bonbon et de la série Zazie. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de lire leurs chroniques, faites le vite !

Toujours sur la Mare aux mots, une interview d’Elise Gravel, auteure de Tu peux, album numérique antisexiste gratuit (téléchargeable ici).

Encore un article de la Mare aux mots sur un album intitulé l’heure des mamans de Yael Hassan et Sophie Rastegar qui souligne que justement, les mères ne sont pas les seules à aller chercher leurs enfants à l’école.

Chlop parle de la dictature des petites couettes d’Ilya Green dont j’ai parlé ici.

Bouma parle du chouette Votez Victorine de Claire Cantais.

Méli-mélo de livres parle d’Oublier Camille de Gaël Aymon.

Phypa parle sur les vendredis intellos du Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses de Catherine Dufour que j’avais évoqué ici. Au passage, je vous conseille vivement de découvrir la catégorie Modèles féminins de son blog.

L’édition genrée :

Un intéressant témoignage de Clémentine Beauvais sur le fait d’être auteure de romans pour les 7-10 ans et en particulier sur la difficulté d’éviter que l’éditeur n’en fasse un livre genré :

« Le problème étant que même quand on dit et répète qu’on NE VEUT PAS UN LIVRE GENRé et qu’on écrit une histoire qu’on considère parfaitement dégenrée, l’éditeur dit oui oui bien sûr et au final on se retrouve quand même avec une couverture rose à paillettes ou bleu marine métallisé, et les chroniques se succèdent qui annoncent ‘une histoire qui devrait plaire à toutes les petites filles’ ou ‘qui va enfin faire lire les petits garçons’. »

La recherche :

Voilà le programme de la journée d’étude «Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse européenne de 1950 à 2014 » à Bordeaux le 22 octobre.

Et même si ça ne concerne pas directement la littérature jeunesse, une journée d’étude « Que faire de la théorie du genre ? » à Lyon le 17 octobre.

Les anti-genres :

Plus énervant, Farida Belghoul propose des lectures collectives de contes traditionnels pour lutter contre la théorie du genre avec vérification de la compréhension par les enfants et réponses toutes faites (c’est par là si jamais vous avez besoin des réponses).

Et la manifestation prévue le 5 octobre risque d’apporter son lot de propos qui donnent envie de s’arracher les cheveux…

Les liens de la semaine (7 septembre 2014)

Aujourd’hui, on commence avec un livre pour ados bourré de stéréotypes sexistes. Quelques mois après l’article de Mme Déjantée, le dico des filles (Fleurus) refait parler de lui sur des sites québécois, la gazette des femmes et la presse.

 

Mais on poursuit heureusement avec plein de chouettes albums :

Elise Gravel, auteure et illustratrice, propose gratuitement sur son site un album pour enfants numérique intitulé « tu peux » pour lutter contre les stéréotypes de genre. « vous y trouverez des filles qui pètent, des garçons sensibles, des filles drôles et des garçons qui prennent soin des plus petits. »

tu peux elise gravel

Un article de radio Canada présente le projet ici.

A l’occasion de sa réédition le 24 septembre chez Actes Sud Junior, La Mare aux Mots parle du super Rose bonbon d’Adela Turin et Nella Bosnia, initialement publié aux éditions des femmes, dans la collection du côté des petites filles. On y trouve aussi un article sur le chevalier noir de Michaël Escoffier et Stephane Sénégas (Frimousse, 2014) qui va compléter ma liste présentant des princesses pas niaises. Vous pouvez en voir quelques extraits ici. Enfin, on y parle de Jérôme par Coeur de Thomas Scotto et Olivier Tallec album dans lequel Raphaël aime Jérôme, ce qui perturbe les adultes de son entourage qui cherchent à coller une étiqueter sur leur relation (amitié ? amour ?). On trouve également des articles sur ce livre dans Causette et dans le cabas de Za.

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! Bonne lecture.

Les liens de la semaine (31 août 2014)

Présentation d’albums :

Cligne-cligne magazine propose une vidéo présentant l’album Totor et Lili chez les Moucheurs de nez de Philippe Corentin et Alain Le Saux (Rivages, Marseille, 1982, malheureusement épuisé) en l’introduisant par ce texte : « Sous prétexte d’une exploration du monde des Grands, c’est en réalité une cruelle caricature des comportements masculins qui est ici révélée à la jeunesse. » Philippe Corentin s’intéresse à nouveau à la question dans Papa n’a pas le temps publié chez Rivages en 1986 : « Papa n’a pas le temps présente le quotidien d’un couple, vu à travers les yeux de leur fille, qui explique les différents aspects de leur vie quotidienne : on constate très vite que la mère assume toutes les tâches ménagères et toutes les corvées, tandis que le père a, d’après le commentaire, toujours une bonne raison de ne rien faire… Le livre traite du machisme ordinaire, des clichés de la vie en couple, considérés comme normaux par de nombreuses personnes. »

Les éditions Sarbacane publient Rosie, géniale ingénieure, de Andrea Beaty et David Roberts, qui a l’air chouette. Le prénom de l’héroïne est un hommage à Rosie la riveteuse, femme ouvrière devenue symbole féministe. Je vous en reparle dès que j’ai l’occasion de le feuilleter !

Mélanie Decourt, éditrice chez Talents Hauts, est invitée sur le blog la Mare aux mots et présente des albums coup de coeur, dont Clémentine s’en va de Nella Bosnia et Adela Turin (éditions des femmes, 1976, épuisé).

 

Réfléxion, analyse :

Légothèque est un groupe de bibliothécaires qui a pour objectif de défendre une bibliothèque « engagée contre l’homophobie et les stéréotypes de genre » et de réfléchir au multiculturalisme, à la représentation des minorités. Il travaille sur les collection, mais également sur l’accueil du public. Deux membres du groupe ont répondu à une interview pour présenter leur projet ici et vous pouvez les retrouver sur leur blog, sur Facebook et sur twitter.

L’EHESS propose en 2014-2015 un cycle de conférences intitulé « Filles et Garçons, le genre fait-il La différence? » dont vous trouverez le programme ici. La première conférence s’intitule 2014 : filles et garçons, l’égalité. Pour qui ? Pour quoi ? et aura lieu le lundi 29 septembre. Une conférence sera également dédiée aux pratiques culturelles des enfants et des adolescents à l’épreuve du genre, et j’espère que je pourrai y aller (c’est le lundi 22 juin, j’ai le temps !)

Un livre qui a l’air très intéressant : »À l’école des stéréotypes. Comprendre et déconstruire » sous la dir. de C. Morin-Messabel & M. Salle (l’Harmattan, 2013). Marie Duru-Bellat le présente ici et on peut en trouver d’assez longs extraits . Deux chapitres concernent la littérature jeunesse, « Albums contre-stéréotypés et lecture offerte en Grande Section de Maternelle : mesure de l’impact sur les élèves à travers le dessin et la dictée à l’adulte » et « Corps en jeu dans la littérature de jeunesse ». D’autres chapitres concernent les manuels scolaires, l’enseignement de l’histoire, les normes de sexes dans les interactions entre enseignant(e)s et élèves…

 

Militantisme :

Ariane Baillon, qui vient d’avoir son baccalauréat a lancé une pétition intitulée « Benoît Hamon, donnez une place aux femmes dans les programmes scolaires« , aujourd’hui fermée après avoir recueilli plus de 14 000 signature. Un article ici, un autre et une émission de radio (7 minutes). Pour en savoir plus sur les représentations des hommes et des femmes dans les manuels scolaires, faites un tour sur le site du centre Hubertine Auclert qui a (entre autres) adressé un rapport au sénat sur la question. Ce centre a aussi décidé de décerner un prix pour « récompenser le caractère égalitaire d’une action ou d’un support, tels les manuels scolaires », mais ne l’ont pour le moment jamais décerné faute de manuels remplissant leurs conditions !

 

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! Bonne lecture.

Les liens de la semaine (18 août 2014)

En fait, ça fait bien plus qu’une semaine que je n’ai pas posté ici. Je profite de mes vacances. Mais j’ai quand même trouvé pas mal d’articles intéressants…

Une sélection d’albums sur des princesses pas niaises par Boumabib.

Une sélection d’albums en anglais antisexistes et LGTBQ-friendly pour les enfants de 0 à 5 ans via @sympl.

La mise en place d’une sélection d’albums antisexistes et présentant des couples et des parents homosexuels dans les écoles au Quebec.

Une présentation du dernier « Petit Poilu » (BD sans texte pour tout-petits) sur twitter par @2vanssay.

Un article d’Actualitté sur les romans de chevaux pour filles qui me fait penser à cet extrait :

L’ édition genrée pose un autre problème : le côté un peu arbitraire de certains domaines : tu es un garçon et tu aimes le cheval ? (…) va falloir t’accrocher mon ptit gars ! Détail marrant, l’équitation qui était réservée aux hommes jusqu’au XIXeme siècle, est devenue un sport en grande partie féminin au début du XXeme, (et certains prétendront que c’est dans la nature)… Mais maintenant c’est pour les petites filles, alors toi le mâle, passe ton chemin.

(extrait de l’article de l’inconvénient d’être féministe en librairie jeunesse).

Et même si ça concerne moins directement la littérature jeunesse, des références intéressantes sur le genre :

– une sélection commentée de ressources sur la notion de genre, publiée à l’intention des enseignants mais intéressante pour tous, et qui donne aussi bien des liens vers des livres et des textes que vers des vidéos et des extraits d’émissions de radio

– une analyse de la place de la droite et de l’extrême droite française dans la controverse sur le genre par Anne-Charlotte Husson.

 

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! Bonne lecture.

Les liens de la semaine (27 juillet 2014)

Un moment que je n’avais pas pris le temps de réunir des liens ici… Mais me revoilà avec de la lecture !

– Sur le blog de l’institut Egaligone, une étudiante en psychologie raconte son stage en MJC « pour plus d’égalité via les albums jeunesse » et propose un livret intitulé « l’égalité filles/garçons et les albums jeunesse » :

Ce livret sert donc à montrer ce qui est en jeu dans les albums jeunesse, comment certaines différences entre filles et garçons peuvent passer pour naturelles, alors que construites dans le livre et par la société, comment les personnages/histoires ne sont pas similaires selon le sexe du personnage. C’est donc une vision critique – sans être négative – des livres dédiés aux enfants et jeunes, afin que ceux-ci et celles-ci soient moins exposé.e.s aux stéréotypes ou à des contraintes en raison de leur sexe, mais justement qu’ils et elles puissent faire des choix de la manière la plus libre et autonome possible, de les éclairer sur les questions d’égalité.

Elle propose également une analyse de plusieurs albums jeunesse, comme Suzanne est à la hauteur de Fred L. (Talents hauts, 2011), 65 millions de français de Stéphanie Duval & Sandra Laboucanie (Bayard, 2012), La petite casserole d’Anatole d’Isabelle Carrier (Bilboquet-Valbert, 2009)…

– Un article de 2009 sur l’édition genrée, où on constate que les choses n’ont pas vraiment changé ces dernières années…

livres filles:garçons

(Quand même Gallimard s’y met…)

– Un article des cahiers pédagogiques sur « C’est quoi être une fille ? C’est quoi être un garçon ? » de Stephane Clerget et Florence Lotthé-Glaser (Bayard, 2014). Rappelons que Stephane Clerget est également auteur de « Comment plaire aux filles » et « Comment plaire aux garçons » qui m’avaient fait dresser les cheveux sur la tête il y a quelques temps

Et parmi les présentations et analyses de livres pour enfants, citons un article de la mare aux mots sur le chouette livre d’Alice Brière-Haquet et Lionel Larchevèque, la princesse qui n’aimait pas les princes (Actes Sud Junior, 2010) et un article de Delivrer des livres sur Riposte : comment répondre à la bêtise ordinaire de Jessie Magana et Alain Pilon (Actes Sud Junior, 2014).

Les liens de la semaine (6 juillet 2014)

Cette semaine, j’ai fait un article consacré aux ABCD de l’égalité en réunissant les nombreux liens sur le sujet.

A part ça, un article sur Poka et Mine, le football de Kitty Crowther dont je parlais moi aussi il y a peu.

Madame Sioux parle sur son blog d’éducation non genrée et participe à une émission de radio sur le sujet où elle pousse un coup de gueule contre la collection Petit garçon / Petite fille chez Fleurus et parle du super livre Contre les jouets sexistes.

Un article sur le sexe et le genre des animaux dans les dessins animés sur le blog du c@fé des sciences, où l’auteur montre que le héros est toujours un homme, même quand il s’agit normalement d’un animal femelle (via Mme Déjantée).

Un article intitulé Que lisent (vraiment) vos enfants ? qui indiquent que les enfants aiment les livres qui se moquent du monde qui les entoure, qui les pousse à s’interroger, qui remet en cause les archétypes. Même s’il n’aborde pas à proprement parler les stéréotypes filles/garçons, il me semble que beaucoup d’albums qui luttent contre les stéréotypes peuvent rentrer dans cette description.

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! Bonne lecture.

Education à l’égalité filles-garçons à l’école : fin des ABCD de l’égalité, et après ?

Depuis 3 semaines, je donne dans les liens de la semaine des nouvelles des ABCD de l’égalité. Mais avec les annonces de Benoît Hamon lundi et le rapport d’évaluation des ABCD de l’égalité, les articles et les réactions se sont multipliées, et je me suis dit que j’allais réunir les liens vers les articles en question et les commenter ici.

 

D’abord, pourquoi est-ce que je parle des ABCD de l’égalité sur ce blog consacré à la littérature jeunesse ? Parce que leur site est plein de ressources intéressantes concernant l’éducation non genrée et les représentations, les stéréotypes, etc, et que ces ressources sont importantes pour comprendre l’utilité d’une littérature jeunesse antisexiste et pour analyser la production éditoriale. Et puis parce que beaucoup des séquences proposées s’appuient sur des albums jeunesse, et que parmi les ressources des ABCD, on trouve de nombreuses sélections de livres antisexistes, en particulier les deux bibliographies de l’atelier des merveilles.

Parlons d’abord du rapport d’évaluation des ABCD de l’égalité. Est-ce que ça marche ? Benoît Hamon affirme lui-même que le bilan est positif (source). On peut consulter le rapport entier ici. Les formations prévues ont bien été mises en place, et il y a eu des réalisations, même si elles ont été relativement modestes en raison du temps de mise en place et des polémiques qui ont perturbé une partie des personnels engagés. Le rapport insiste sur la « violence symbolique pour les enseignant(e)s qu’ont constituée ces journées ainsi que les polémiques persistantes autour de ce que l’école est accusée de mettre en œuvre dans cette expérimentation.  » La conclusion du rapport :

En matière de préconisations, non seulement il ne peut être proposé de renoncer au projet, il s’agit même de l’amplifier, mais en en faisant évoluer les modalités. L’égalité des droits entre les filles et les garçons ne peut pas relever d’un « dispositif » que les professeur(e)s auraient la faculté de choisir ou de rejeter.

Une analyse de ce rapport sur un blog du Monde. Le figaro parle de « bilan très mitigé » en soulignant tous les points négatifs.

 

Mais le 30 juin, Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem ont annoncé la suppression des ABCD de l’égalité en tant que tel, leur justification étant que cette expression était attachée à l’expérimentation. Ils ont présenté leur nouveau plan d’action : une formation à l’égalité dans la formation initiale des enseignants et pouvant être demandée en formation continue par les enseignants déjà en poste et une « mallette pédagogique (…) accessible en ligne (qui) permettra à tous les enseignants de transmettre la valeur d’égalité lors des différents temps de classe, sur la base des modules des ABCD évalués par l’inspection générale comme étant les plus pertinents ». Ce plan a été présenté dans un entretien des deux ministres publié dans le parisien.

Si personnellement je me réjouis d’une systématisation de la formation à l’égalité fille-garçon, car je suis persuadée que nous véhiculons à notre insu de nombreux stéréotypes, et qu’il est prouvé que dans les classes, les enseignants se conduisent différemment avec les filles et les garçons (ce qui met des bâtons dans les roues des enfants des deux sexes), le fait de faire de l’enseignement de l’égalité aux enfants une option, une « mallette » facultative, c’est contre-productif. Cela n’a rien à voir avec inscrire fortement une formation à l’égalité dans les programmes scolaires. Et concernant la mallette, je suis assez d’accord avec ces deux tweets :

C’est ce que dit aussi Daniel Schneidermann sur @rrêt sur image.

Voilà une présentation du nouveau projet du gouvernement en vidéo. Et un article des nouvelles news. Et un article très complet sur Madmoizelle.

Et voici le document présenté par le gouvernement :

Plan d'action égalité filles garçons

 

Les réactions face à ces annonces ont été très nombreuses.

Tous les médias soulignent le recul avec l’abandon du terme ABCD et le recul par rapport à l’ambition affichée. Le monde parle d’un « plan d’action qui cache un recul« , Slate de « gâcher une idée intéressante« … Le point réunit les réactions des éditorialistes.

Martine Storti, inspectrice de l’éducation nationale, fait de l’abandon des ABCD de l’égalité de « symbole de l’abdication idéologique de la gauche« .

On trouve également des réactions de politiques, en colère ou satisfait selon leurs convictions. Esther Benbassa, sénatrice EELV est « déçue qu’on ait reculé devant l’extrême droite« . Le PCF parle d’une « reculade piteuse« . Guaino se félicite de l’abandon des ABCD (et affirme que les sexistes c’est par nous, c’est les immigrés des quartiers). Le figaro recense les réactions (mécontentes) de fédérations de parents d’élèves et de syndicats.

Osez le féminisme, qui avait demandé la généralisation des ABCD il y a quelques temps, réagit vivement. La ligue des droits de l’homme publie également une tribune.

Chez les gens opposés à la « théorie du gender », il y a d’abord eu autocongratulation. Ainsi, cet article se réjouit que « la France renonce au lavage de cerveau » (et affirme que « Quant aux hommes, s’ils n’ont pas envie de faire plus de tâche ménagères, il n’y a aucune raison de les y contraindre. ») (cet article bien gerbant est publié sur le site d’une fondation « reconnue d’utilité publique » !).

Et Farida Belghoul ou Alain Soral se réjouissent :

belghoul

Plus de détails ici. Marie Donzel souligne ce qu’implique la fin des ABCD de l’égalité par rapport aux « anti-genre » :

L’exemple est donné : dites n’importe quoi, calomniez, agitez des spectres terrifiants puis mettez la main sur quelques intellectuel-les prêt-es à apposer un sceau de légitimité sur tout ou partie du propos, et c’est gagné. Désinformer paye, la preuve par l’abandon des ABCD de l’égalité.

Mais désormais, les « anti-genre » soulignent majoritairement que le gouvernement veut continuer à « rééduquer le peuple » (source, mais vous sentez pas obligés de lire) et Christine Boutin affirme « ils nous prennent pour des c… ». Ils vont donc vouloir que le gouvernement recule encore plus.

(et pour une analyse plus précise des mouvements anti-genres et des réponses à leur apporter, cet article par la créatrice du blog ça fait genre !).

En voulant ménager la chèvre et le choux, en renonçant a affirmer publiquement un ancrage dans une politique de gauche, le gouvernement a réussi à mécontenter tout le monde sur cette question.

Les liens de la semaine (29 juin 2014)

On reparle, comme les semaines précédentes, des ABCD de l’égalité. Cette fois, leur abandon semble acté, et cela a provoqué de nombreux articles et réactions. On commence avec une vidéo de Benoît Hamon qui noie un peu le poisson en disant que la lutte contre les stéréotypes est indispensables mais sans rien de concret. On poursuit avec un article des Nouvelles News, un article de Clémentine Autain dans Regards, et un article du Monde qui souligne que le bilan de l’expérimentation est positif. Sur Rue89, c’est un prof qui souligne le machisme ordinaire des élèves et l’importance des ABCD de l’égalité pour faire évoluer les mentalités. Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem promettent des annonces demain, affaire à suivre !

 

J’avais déjà souligné ici que la bibliothèque municipale de Lyon propose de nombreuses ressources en ligne intéressantes. En voici une nouvelle : un article parlant de la sexualité dans la production éditoriale pour ados (documentaires, romans…) par Point d’acte :

La production actuelle en littérature de jeunesse, documentaires et fictions confondus, présente certaines limites lorsqu’il s’agit d’aborder la question de la sexualité, tant dans la forme que dans le fond. Cependant, à l’instar de l’ensemble des domaines auxquels peuvent s’intéresser les éditeurs et les auteurs produisant des ouvrages à destination d’un jeune public, de nombreuses évolutions sont à constater ces dernières années. Les propos, les formats et les modes d’expression apparaissent de plus en plus libres. Ainsi, si certains thèmes restent encore timidement abordés, il faut tout de même constater un élargissement intéressant des contenus.
L’ensemble de ces ouvrages, en participant à l’éducation sexuelle des lecteurs, permet à ces derniers d’accéder à une compréhension personnelle et mutuelle indispensable. Outre le simple fait de tenter d’accompagner les jeunes vers une sexualité épanouie, il s’agit également de mener à l’égalité entre les sexes, à la lutte contre les violences sexuelles et à l’élimination des discriminations.

 

Un auteur anglais, Jonathan Emmett, explique que l’illettrisme des garçons et leur désintérêt pour les livres, c’est de la faute des femmes qui choisissent des livres à leur goût et pas des livres de pirates ou d’astronautes. Voici un article en anglais et un article en français.

Et pour finir, un petit compte-rendu par Marine Bouiller d’une journée d’étude de 2012 intitulée « Etre une fille, être un garçon dans la littérature de jeunesse (1970-2012) et en particulier un compte-rendu du livre Les mangados, lire des mangas à l’adolescence de Christine Détrez.

 

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et sur twitter ! Bonne lecture.

Les liens de la semaine (22 juin 2014)

Cette semaine :

Héro(ïne)s, une exposition de BD qui « propose d’illustrer et de faire réfléchir à la disproportion des représentations – personnages féminins/ personnages masculins- au sein de la BD, en demandant à des dessinatrices et dessinateurs d’imaginer et de réaliser la représentation féminine d’un héros de BD de leur choix » et qui a lieu du 16 au 30 juin à la mairie du 4e arrondissement de Lyon. Pour les non lyonnais(es), un tumblr réunit les dessins (et on peut y contribuer en proposant un dessin). Ca donne ça, par exemple :

astérix et cléopatre détourné maléfice koinséochato (Catel et B-gnet)

Vous trouverez ici une analyse par des membres du labo GenERe et du laboratoire junior Sciences Dessinées. On y parle BD franco-belge, mangas, comics, tenue des héroïnes, demoiselle en détresse, syndrome de la schtroumpfette…

 

Depuis quelques temps, on parle de menace sur les ABCD de l’égalité (j’en ai déjà parlé ici et ). Elle semble se préciser. L’express a annoncé que l’ABCD de l’égalité allait être enterré. Cela a été relayé (entre autres), par médiapart (dans un article réservé aux abonnés). Véronique Soulé propose une analyse intéressante de la situation ici :

Benoît Hamon « n’est pas chaud à l’idée de généraliser tel quel le dispositif (…). Mais sur les principes et le bienfondé de la cause, Benoît Hamon assure qu’il n’est pas prêt à transiger. Au contraire. Preuve est faite, selon lui, que l’école reproduit les clichés, générateurs d’inégalités filles-garçons. Elle a donc un rôle clé à jouer dans la lutte contre ces stéréotypes et dans la transmission d’une « culture de l’égalité ».  Simplement, cela peut se faire autrement: par une formation de tous les enseignants – et non plus seulement les volontaires des ABCD – afin d’éviter qu’ils reproduisent des biais,  y compris dans leurs comportements à l’égard des élèves filles et garçons, et par un enseignement qui serait, en conséquence, revu au travers de ce prisme. (…) inutile d’être naïve, il s’agit bien d’une reculade (…). Côté face, il est difficile de conclure qu’il s’agit d’un « enterrement » pur et simple. »

Dans le monde, un collectif a signé une tribune demandant la généralisation des ABCD de l’égalité. Elle a été signée, entre autres, par Osez le féminisme ou Catherine Vidal. Benoît Hamon devrait faire une annonce sur le sujet début juillet.

 

Je vous avais déjà parlé de la campagne « let’s books be books » en Angleterre, qui lutte contre la littérature genrée. L’association « Lets toys be toys » qui a lancé cette campagne réunit sur twitter de nombreuses photos, certaines qui pourraient illustrer un article « on progresse », et beaucoup qui pourraient illustrer ma catégorie « vive les stéréotypes » : ici ou .

 

Et sur les blogs de littérature jeunesse, la mare aux mots parle de Fille ou garçon ? de Sabine de Greef et Fleur dont on peut voir les premières pages ici. J’en profite pour vous redonner le lien de leur sélection de livres « pour casser les clichés sexistes ».

Retrouvez  les liens au fil de la semaine sur la page facebook du blog et désormais sur twitter ! Bonne lecture.