Princesse nulle, princesse horrible

Dans les contes, les princesses sont, comme nous l’avons vu, belles, intelligentes, délicates, gentilles… Difficile de s’éloigner de cette image, même dans les albums plus récents où les princesses sont actives, aventureuses, courageuses.

Cependant, Nadja a créé toute une série d’albums avec des petites princesses. Certaines sont jolies et aimables, comme la jolie petite princesse ou la petite princesse de Noël (ce qui n’empêche pas ces albums de proposer une réflexion sur l’image de la princesse. La première se demande justement si on l’aime pour ce qu’elle est vraiment ou pour son apparence). Mais elle ose aussi présenter deux petites princesses qui s’écartent clairement de ce modèle : une petite princesse nulle et une horrible petite princesse.

horrible petite princesse

L’horrible petite princesse (l’école des loisirs, 2004) est une princesse VRAIMENT horrible. Aussi bien laide physiquement (comme je l’ai déjà dit) que méchante, cruelle et désagréable. J’avoue trouver assez jouissive tant de méchanceté assumée.

image

Ce qui est appréciable, surtout, dans la remise en cause des stéréotypes, c’est qu’il ne s’agit pas d’un état passager et que l’horrible petite princesse ne devient ni gentille, ni adorable à la fin du livre (même si la toute dernière page laisse une piste de réflexion aux enfants sur les raisons de sa méchanceté, qui renvoie malheureusement un peu trop la responsabilité de la chose à la mère). Elle rencontre un monstre aussi méchant et horrible qu’elle, ils se marient (on n’échappe donc pas au mariage ici) et ils ont beaucoup d’enfants tout aussi atroces.

image

La petite princesse nulle (l’école des loisirs, 2006), elle, est comme le titre l’indique, complètement nulle.

petite princesse nulle

Gentille, attentionnée, mais tellement nulle en tout que ses parents n’en peuvent plus, que les princes s’enfuient après l’avoir rencontré.

image

Là encore, le mariage avec un prince est présenté comme un incontournable. Mais alors que les princes, « quand ils s’aperçurent à quel point la princesse était nulle… ils repartirent dare-dare dans leurs royaumes ou ailleurs », arrive un prince différent :

image

Là encore, pas de transformation radicale de la princesse. Ce qu’elle a préparé à manger ne semble pas plus appétissant qu’au début du livre, ses dessins sont toujours aussi moches et elle regarde pour la 4002e fois le même film. Et pourtant, le prince l’aime comme elle est. Un message important, donc : mieux vaut être soit-même qu’un modèle imposé, la nullité est très relative…

Message souligné par deux enfants qui discutent à la dernière page :

-En fait, elle n’était pas si nulle que ça !

-Ouais… C’est comme quand tu dis que je suis nul… c’est toi qui me trouve nul… en fait, je suis PAS nul !

En un mot, deux albums qui changent et qu’on peut proposer aux enfants dès 4 ans.

 

Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s