Education à l’égalité filles-garçons à l’école : fin des ABCD de l’égalité, et après ?

Depuis 3 semaines, je donne dans les liens de la semaine des nouvelles des ABCD de l’égalité. Mais avec les annonces de Benoît Hamon lundi et le rapport d’évaluation des ABCD de l’égalité, les articles et les réactions se sont multipliées, et je me suis dit que j’allais réunir les liens vers les articles en question et les commenter ici.

 

D’abord, pourquoi est-ce que je parle des ABCD de l’égalité sur ce blog consacré à la littérature jeunesse ? Parce que leur site est plein de ressources intéressantes concernant l’éducation non genrée et les représentations, les stéréotypes, etc, et que ces ressources sont importantes pour comprendre l’utilité d’une littérature jeunesse antisexiste et pour analyser la production éditoriale. Et puis parce que beaucoup des séquences proposées s’appuient sur des albums jeunesse, et que parmi les ressources des ABCD, on trouve de nombreuses sélections de livres antisexistes, en particulier les deux bibliographies de l’atelier des merveilles.

Parlons d’abord du rapport d’évaluation des ABCD de l’égalité. Est-ce que ça marche ? Benoît Hamon affirme lui-même que le bilan est positif (source). On peut consulter le rapport entier ici. Les formations prévues ont bien été mises en place, et il y a eu des réalisations, même si elles ont été relativement modestes en raison du temps de mise en place et des polémiques qui ont perturbé une partie des personnels engagés. Le rapport insiste sur la « violence symbolique pour les enseignant(e)s qu’ont constituée ces journées ainsi que les polémiques persistantes autour de ce que l’école est accusée de mettre en œuvre dans cette expérimentation.  » La conclusion du rapport :

En matière de préconisations, non seulement il ne peut être proposé de renoncer au projet, il s’agit même de l’amplifier, mais en en faisant évoluer les modalités. L’égalité des droits entre les filles et les garçons ne peut pas relever d’un « dispositif » que les professeur(e)s auraient la faculté de choisir ou de rejeter.

Une analyse de ce rapport sur un blog du Monde. Le figaro parle de « bilan très mitigé » en soulignant tous les points négatifs.

 

Mais le 30 juin, Benoît Hamon et Najat Vallaud-Belkacem ont annoncé la suppression des ABCD de l’égalité en tant que tel, leur justification étant que cette expression était attachée à l’expérimentation. Ils ont présenté leur nouveau plan d’action : une formation à l’égalité dans la formation initiale des enseignants et pouvant être demandée en formation continue par les enseignants déjà en poste et une « mallette pédagogique (…) accessible en ligne (qui) permettra à tous les enseignants de transmettre la valeur d’égalité lors des différents temps de classe, sur la base des modules des ABCD évalués par l’inspection générale comme étant les plus pertinents ». Ce plan a été présenté dans un entretien des deux ministres publié dans le parisien.

Si personnellement je me réjouis d’une systématisation de la formation à l’égalité fille-garçon, car je suis persuadée que nous véhiculons à notre insu de nombreux stéréotypes, et qu’il est prouvé que dans les classes, les enseignants se conduisent différemment avec les filles et les garçons (ce qui met des bâtons dans les roues des enfants des deux sexes), le fait de faire de l’enseignement de l’égalité aux enfants une option, une « mallette » facultative, c’est contre-productif. Cela n’a rien à voir avec inscrire fortement une formation à l’égalité dans les programmes scolaires. Et concernant la mallette, je suis assez d’accord avec ces deux tweets :

C’est ce que dit aussi Daniel Schneidermann sur @rrêt sur image.

Voilà une présentation du nouveau projet du gouvernement en vidéo. Et un article des nouvelles news. Et un article très complet sur Madmoizelle.

Et voici le document présenté par le gouvernement :

Plan d'action égalité filles garçons

 

Les réactions face à ces annonces ont été très nombreuses.

Tous les médias soulignent le recul avec l’abandon du terme ABCD et le recul par rapport à l’ambition affichée. Le monde parle d’un « plan d’action qui cache un recul« , Slate de « gâcher une idée intéressante« … Le point réunit les réactions des éditorialistes.

Martine Storti, inspectrice de l’éducation nationale, fait de l’abandon des ABCD de l’égalité de « symbole de l’abdication idéologique de la gauche« .

On trouve également des réactions de politiques, en colère ou satisfait selon leurs convictions. Esther Benbassa, sénatrice EELV est « déçue qu’on ait reculé devant l’extrême droite« . Le PCF parle d’une « reculade piteuse« . Guaino se félicite de l’abandon des ABCD (et affirme que les sexistes c’est par nous, c’est les immigrés des quartiers). Le figaro recense les réactions (mécontentes) de fédérations de parents d’élèves et de syndicats.

Osez le féminisme, qui avait demandé la généralisation des ABCD il y a quelques temps, réagit vivement. La ligue des droits de l’homme publie également une tribune.

Chez les gens opposés à la « théorie du gender », il y a d’abord eu autocongratulation. Ainsi, cet article se réjouit que « la France renonce au lavage de cerveau » (et affirme que « Quant aux hommes, s’ils n’ont pas envie de faire plus de tâche ménagères, il n’y a aucune raison de les y contraindre. ») (cet article bien gerbant est publié sur le site d’une fondation « reconnue d’utilité publique » !).

Et Farida Belghoul ou Alain Soral se réjouissent :

belghoul

Plus de détails ici. Marie Donzel souligne ce qu’implique la fin des ABCD de l’égalité par rapport aux « anti-genre » :

L’exemple est donné : dites n’importe quoi, calomniez, agitez des spectres terrifiants puis mettez la main sur quelques intellectuel-les prêt-es à apposer un sceau de légitimité sur tout ou partie du propos, et c’est gagné. Désinformer paye, la preuve par l’abandon des ABCD de l’égalité.

Mais désormais, les « anti-genre » soulignent majoritairement que le gouvernement veut continuer à « rééduquer le peuple » (source, mais vous sentez pas obligés de lire) et Christine Boutin affirme « ils nous prennent pour des c… ». Ils vont donc vouloir que le gouvernement recule encore plus.

(et pour une analyse plus précise des mouvements anti-genres et des réponses à leur apporter, cet article par la créatrice du blog ça fait genre !).

En voulant ménager la chèvre et le choux, en renonçant a affirmer publiquement un ancrage dans une politique de gauche, le gouvernement a réussi à mécontenter tout le monde sur cette question.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s